Intervention de Jean-Marc Durand au CN du PCF des 11 et 12 décembre

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Intervention de Jean-Marc Durand au CN du PCF des 11 et 12 décembre
Notre conseil national est important pour 3 raisons :
 
1- Il se situe à un moment politique, social et électoral qui s’accélère avec une forme de droitisation de la société ou plus exactement « d’extrêmisation » des idées de droite. Cela est caractérisé par le vote LR pour Pécresse qui s’avère être une candidate très dangereuse sur le fond et qui à peine entrée dans l’arène, se situe en principal challenger de Macron. Et bien sûr, Zémour qui affiche très clairement ses idées nauséabondes, racistes, xénophobes, et qui comme le soulignait Christian Piquet dans son introduction, est dorés et déjà en situation de structurer un mouvement politique de type pétainiste qui rassemble large.
 
Mais tout cela ne tombe pas comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. C’est la traduction d’une crise du système capitaliste qui s’accentue qui a sans cesse besoin de se restructurer pour faire face à sa crise de rentabilité (réforme des ASSEDIC, mais aussi projet de « Grande sécu » et réforme des retraites à venir).
 
Pour faire aboutir leurs projets, les capitalistes ont besoin de relais politiques de plus en plus autoritaires et qui travaillent à diviser le salariat.
 
Face à cela le mouvement social, même s’il donne des signes de reprises, stagne, balbutie, se heurtant à un manque de coordination et à un déficit de débouchés. Et au lieu de venir justement sur les issues, de montrer qu’une alternative existe et est possible, à gauche on se perd en tactique politicienne. Primaire de Hidalgo, lettre de la LFI au CN du Pcf, tout cela sur la forme pour des questions d’égo et sur le fond pour détourner des vrais enjeux et des vraies solutions face à la crise.
 
C’est pourquoi ce que proposent aujourd’hui certains, ici, qui reviendrait à refaire voter les communistes sur un choix qu’ils ont massivement et démocratiquement fait -un candidat communiste à la présidentielle-, serait un cruel et grave retour en arrière.
 
2- Ce CN se situe à la charnière entre deux phases du temps électoral. Un premier temps qui s’achève, celui de la germination et de l’enracinement de notre campagne. Un second qui s’ouvre, celui du déploiement de notre projet et de la force communiste. Déploiement surtout de nos idées, de notre perspective politique, de nos propositions, d’où la très grande importance de notre programme dont l’orientation est bonne mais mérite encore des améliorations que nous devrons sans tarder faire connaître le plus largement possible.
 
De ce point de vue, la réussite du 21 novembre, la montée en puissance de notre candidat, Fabien Roussel, sont des leviers importants pour avancer avec hardiesse et confiance nos propositions originales et également, pour préciser sans crainte le sens de notre candidature. Nous nous devons d’être clairs. Il n’y aura pas de président de la République communiste en 2022 en France. Dire cela ce n’est pas afficher un manque d’ambition mais parler clairement à notre peuple et lui faire toucher du doigt notre rôle précis en ces temps difficiles. Notre candidature est un acte de résistance et est en même temps un appel à la résistance en direction du peuple auquel nous disons :
 
« les projets de casse des capitalistes, ça suffit, maintenant prenons notre destin en mains et construisons ».
 
Les analyses et propositions du candidat communiste sont à votre disposition pour construire de nouvelles issues et recréer l’espoir. N’est-ce pas cela le signe le plus fort qu’a envoyé dès son début en 39/40 la Résistance ? Chacun sait maintenant que c’est à partir de cet instant que l’espoir a repris forme et couleurs. Pourtant à ce moment-là, rien n’était écrit ni gagné d’avance !
 
3- Enfin, ce Conseil National est là pour situer les objectifs de notre parti tout entier. Notre message à tous les communistes doit être celui de l’exigence de hisser leur niveau d’action et d’intervention, partout où ils se trouvent. Le cœur de la bataille c’est sur les idées contre la droite, sa candidate mais aussi pour contrer Macron et combattre l’extrême droite.
 
A ce propos, on peut mesurer à quel point a été juste et judicieux le choix des communistes de porter une candidature autonome à la présidentielle. Sans nos idées originales où se situerait le curseur de l’alternative ?
 
Aujourd’hui il faut y aller projet contre projet, ce qui suppose que se dégage une vraie différence entre eux ! Nous avons pour cela sur la question essentielle, centrale, qu’est celle de l’emploi, les moyens avec notre projet de SEF de marquer notre territoire, de monter que nous ne jouons pas dans la même cour que les autres… et de porter haut et fort un moyen de dépasser le capitalisme.
 
Voilà qui est bien loin des scénarios de rassemblement factice agités en ce moment dont fait partie la consultation citoyenne, vaste écran de fumée. En fait, il s’agit surtout de masquer le débat de fond et d’amener peu à peu les communistes à mettre leur campagne en sourdine. Cela, jusqu’à abandonner leur candidature et à nouveau s’effacer du débat politique et finalement laisser la voie libre aux choix du capital.
 
Les communistes en ont décidé autrement. Ils ont mieux à faire au service des salariés.es et des citoyens.ennes de notre pays, ils veulent porter le fer contre le capital et ses projets réactionnaires. Ils veulent engager la lutte résolue contre l’exploitation et les dominations. Au titre de l’engagement des communistes, car nous sommes tous logés à la même enseigne, il y a une question qu’il faudra bien traiter ouvertement et démocratiquement : celle des promesses de parrainages de nos élus.es à notre candidat Fabien Roussel. Et ce n’est pas une simple clause de style.
 
En ce domaine comme en d’autres notre boussole c’est le projet que nous voulons soutenir et voir prospérer. Il y a pour cela besoin d’un retour permanent aux contenus. C’est pourquoi nous devons aussi préciser certains points de notre programme et de sa validation. Tout comme certaines expressions de notre projet de résolution comme par exemple « chef.fe de file » ou candidat.e pour les législatives.

Publié dans PCF, Présidentielle 2022

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article