Mauvaise nouvelle pour les automobilistes : les péages vont augmenter au 1er février !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Mauvaise nouvelle pour les automobilistes : les péages vont augmenter au 1er février !

La hausse des prix va également se manifester au péage. Les principaux réseaux autoroutiers devraient à nouveau augmenter leurs tarifs d'environ 2 % au 1er février 2022, selon des chiffres du ministère des Transports. Une augmentation qui fait suite à une hausse de 0,44 % début 2021.

Mais les principaux réseaux autoroutiers vont plus loin encore, ASF (Autoroutes du Sud de la France) prévoit de relever ses tarifs de 2,19 % et APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône) de 2,05 %. Ces chiffres doivent encore être formellement approuvés par le gouvernement. Tous les ans, les tarifs des péages sont revus en fonction de l'inflation et des chantiers entrepris sur le réseau autoroutier.

Des tarifs tirés par les profits !

 

Certes l'inflation a atteint 2,8 % en novembre, dus aux hausses de prix de l'énergie et des prix des produits manufacturés tirés par le haut par les grandes multinationales productrices du pétrole et autres activités.

« Les tarifs de péage au 1er février 2022 n'augmenteront pas plus que l'inflation », a souligné une source proche des concessionnaires. Peu importe c'est beaucoup trop pour le porte monnaie de chacun-e qui se vide beaucoup plus vide qu'il ne se remplit du fait de l'austérité salariale de l'Etat et du patronat !

C'est d'autant plus insupportable qu'un rapport au Sénat de septembre 2020 informait qu' entre 2022 et 2036, les dividendes versés aux actionnaires atteindraient 40 milliards d’euros environ, dont 32 milliards pour Vinci et Eiffage.

Depuis 2006, les sociétés historiques ASF, APRR et SANEF ont versé plus de 24 milliards d’euros de dividendes !

C'est bien la démonstration que les automobilistes sont considérés comme des vaches à lait dont l'argent va directement grossir les fortunes des ultra riches !

De plus, pour les sénateurs le passage des autoroutes au secteur privé a fait perdre à l’Etat 6,5 milliards d’euros de recettes potentielles, soit 7,8 milliards d’euros en valeur 2020.

Lors de la privatisation il y a 14 ans, les contrats de concession n’ont pas été revus. L’Etat a accepté des taux de rentabilité « trop élevés par rapport aux conditions de marché et donc des allongements de la durée des concessions et des augmentations tarifaires excessives », lors des négociations de programmes d’investissement complémentaires (en 2008, 2015 et 2017).

L’Autorité de régulation des transports (ART) affirmait qu'il était nécessaire de mieux distribuer les profits, selon les sénateurs. « Face à ces constats, le statu quo n’est pas possible. Il est impératif de mieux partager les profits des sociétés d’autoroutes avec l’Etat et les usagers et de rééquilibrer les relations entre le concédant et les concessionnaires », indique le rapport.

Si l'Etat écoute les représentants de la nation, il devrait refuser cette augmentation au 1er février non justifiée ou simplement par la recherche du profit et des dividendes !

Connaissant Macron, le Président des riches, il va falloir pousser fort pour obtenir son refus !

Ceci étant la question clé posée à nouveau est celle de l'appropriation sociale des autoroutes, le retour à la Nation de ces réalisations utiles pour la mobilité des salariés et des citoyens-nes est le seul moyen de mettre un terme au plus grand scandale que connaisse notre pays. C'est la raison pour laquelle Fabien Roussel propose dans son programme la renationalisation des autoroutes de notre pays. Appuyons le !

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article