Élie Domota, une garde à vue arbitraire !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Élie Domota, une garde à vue arbitraire !

Plus que jamais dans le viseur du gouvernement. Jeudi, en marge d’une manifestation contre l’obligation vaccinale et le passe sanitaire en Guadeloupe, Élie Domota, leader du collectif LKP, a été placé en garde à vue avant d’être remis en liberté.

Le syndicaliste, fer de lance du mouvement social qui agite l’île depuis novembre, sera convoqué devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre le 7 avril 2022 pour «   violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique et refus de se soumettre aux prélèvements obligatoires ».

Selon la chaîne Guadeloupe 1 re, les manifestants auraient tenté de passer au travers des barrières installées par la police quand la situation a dégénéré avec des tirs de lacrymogène et des jets de pierre.

Pour son avocate, Mme Sarah Aristide, cette garde à vue est une « provocation » et un «  procès politique ». Elle a également provoqué un tollé politique.

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a exprimé son soutien sur Twitter :

« Élie libéré ! Au lieu de mobiliser des moyens pour organiser l’arrestation violente d’Élie Domota et des militants du LKP, l’État doit ouvrir ses oreilles et apporter des réponses à la crise sanitaire et sociale. »

Alors qu’Olivier Véran envisage de décaler la mise en place du passe vaccinal dans les territoires ultramarins, qui devait entrer en vigueur le 15 janvier, Élie Domota a appelé à encore amplifier la mobilisation.

Sources l'Humanité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article