Mouvement de lutte dans le groupe Renault Trucks pour les salaires...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Mouvement de lutte dans le groupe Renault Trucks pour les salaires...

La CGT et l’UGICT-CGT ont appelé les salariés de l’ensemble des établissements du groupe Renault Trucks (Blainville-sur-Orne, Limoges, Bourg-en-Bresse, Lyon) à 2h de grève minimum le 11 et 12 janvier pour la 2ème séance de négociations sur les salaires.

Le mouvement démarré le matin a grossi l’après-midi. Les propositions* de la direction ayant été perçues par les salariés comme une insulte. La production a été arrêtée ou fortement perturbée dans beaucoup d’ateliers.

Une intersyndicale avec toutes les OS (CFE-CGC, CFDT, SUD, FO et évidement CGT et UGICT-CGT) ont alors appelé les salariés à se mobiliser.

C’est ainsi que le mardi 11 et surtout ce mercredi 12 janvier, date de la 2ème négociation, il y a eu des appels à la grève avec rassemblements d’organisés sur l’ensemble des établissements.

Dans ces rassemblements il a été comptabilisé : 300 salariés  sur Blainville, 500 sur Bourg-en-Bresse, 60% de l’effectif sur Limoges, 200 sur Lyon. Cela laisse à penser que le nombre de grévistes était bien supérieur avec des intérimaires aussi dans l’action.

Fait également marquant, de nombreux techniciens mais aussi cadres ont fait grève avec y compris des managers qui ont encouragé et soutenu les actions ! Beaucoup ont également mis des messages sur leur boite mail : « Je soutiens les propositions de l’intersyndicale, je suis en grève pour mon salaire, … ». démontrant que la question du pouvoir d'achat est très sensible dans toutes les catégories de salariés.

* Après 2 réunions de négociation annuelle sur les salaires pour l’ensemble des catégories, les propositions finales de la Direction relative à la politique salariale 2022 sont les suivantes :

  • Un budget d’augmentation des salaires de 3,9 % pour les AR et les ATAM hors V3, dont 2,6 % d’AGS (talon 50 €) et un budget d’augmentation des salaires de 3,9 % pour les ATAM V3 et Cadres afin de reconnaître l’engagement et la performance des collaborateurs.
  • Le salaire minimum d’embauche base 35 heures de 1 693 € évoluerait de 2,6 % au 1er janvier 2022 et serait donc à cette même date de 1 737 € brut. Le salaire minimum d’embauche cadre serait de 3 150 € brut au 1er janvier 2022
  • A cela s'ajoute 1 500 € nets au titre de la prime d’intéressement / participation liée aux résultats 2021
  • Une prime de 500 € à l’ensemble des salariés présents aux effectifs au 1er février 2022, ainsi qu’aux travailleurs temporaires. Cette décision a pour but de reconnaître en amont l’engagement et les efforts à poursuivre cette année en raison du contexte sanitaire difficile et des tensions sur les marchés d’approvisionnement. Cette prime sera versée sur la paye de mars 2022 pour les salariés en CDI/CDD. La prime est exonérée de toutes les charges sociales et de tous les impôts pour les salariés dont la rémunération annuelle est inférieure à 3 SMIC. Elle est soumise à cotisations et impôts pour les salariés ayant une rémunération annuelle supérieure à 3 SMIC.
  • Une revalorisation de 5 % de l’indemnité transport afin de réduire les impacts liés à l’augmentation des prix du carburant

La CGT et l’UGICT-CGT vont donc :

  1. Sortir des tracts pour continuer d’expliquer pourquoi c’est encore insuffisant au regard de : l’engagement des salariés, des excellents résultats financiers, du niveau d’inflation et de la hausse en 2021 du SMIC de 3,2%...
  2. Consulter les salariés pour savoir s'ils sont satisfait par les mesures de la direction ou s'ils veulent poursuivre les actions ?

Sources : la coordination CGT du groupe Renault Trucks