Victoire : Le projet de réindustrialisation des Forges de Gerzat est accepté - Luxfer peut vivre !.

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Luxfer : le combat s'organise pour l'emploi et l'entreprise

Luxfer : le combat s'organise pour l'emploi et l'entreprise

Dans la foulée d'une première annonce relative au doublement attendu de la production de son site de Morcenx, dans les Landes, l'entreprise Europlasma en plein renouvellement a été désignée repreneur de l'activité des Forges de Gerzat (Luxfer), dernière usine de bouteilles de gaz haute pression (nécessaires notamment pour délivrer l'oxygène médical) fermée en 2019.

Un communiqué commun du ministère de l'Economie, de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de Clermont Auvergne Métropole et d'Europlasma, a annonçé la relance de la fabrication en France de contenants de stockage haute pression (dont une partie recyclée grâce au nouveau procédé développé par Europlasma Environmental Technologie), un projet à près de 100 millions d'euros répartis entre le bâtiment (35 millions) et l’équipement de pointe (65 millions d'euros).

Il s'agit du deuxième site industriel emblématique dans lequel Europlasma s'investit après celui des Forges de Tarbes (ex-Tarbes Industry, spécialiste du forgeage de corps creux de grand diamètre).

C'est une grande victoire des salariés engagés depuis 2 ans dans la lutte pour sauver leur emploi et une activité essentielle à la santé, la fabrication des bouteilles permettant le stockage et l'administration d'oxygène médical. Lutte paie toujours !

Faire renaître une activité industrielle essentielle pour la santé

Détenu par l'américain Luxfer, la dernière usine spécialisée dans la production de bouteilles de gaz haute pression et de corps creux en alliage léger à Gerzat a fermé ses portes en juin 2019, entraînant la suppression de 136 emplois directs (et de dizaines d’emplois indirects) dans un bassin déjà fortement touché par la désindustrialisation.

Compte tenu de l’importance du maintien d’une capacité de production de bouteilles de gaz haute pression en France et en Europe, l'action des salariés appuyés par l'opinion publique a conduit les pouvoirs publics a se mobiliser pour trouver un repreneur susceptible de faire renaître une activité devenue essentielle pour la santé.

Le projet, porté par une structure créée dénommée Les Forges de Gerzat prévoit la construction au sein de la métropole d'une nouvelle usine (en fait sur la ZI Ladoux à Cébazat, commune limitrophe de Gerzat) dont l'achèvement est prévu dès 2024.

  • Le groupe Europlasma financera directement le projet à hauteur de 25 millions d'euros en fonds propres sur cinq ans et 25 millions d'euros en dette levée auprès de son partenaire financier historique Alpha Blue Ocean, lequel a déjà marqué son accord sur un financement à sept ans confirmant ainsi son engagement aux côtés du groupe landais.
  • L'Etat et la région Auvergne-Rhône-Alpes apporteront 7,5 millions d'euros. En outre, l’Etat financera en dette à hauteur de 15 millions d'euros, par le truchement du Fonds de développement économique et social, une partie des investissements réalisés.
  • La région quant à elle accompagnera Les Forges de Gerzat en matière de formation et de professionnalisation.
  • Enfin, Clermont Auvergne Métropole s'engage à financer le foncier et la construction d’un bâtiment ergonomique à hauteur de 34 millions d'euros.

L'usine générera un chiffre d’affaires de 10 millions d'euros dès 2025 (malgré des délais incompressibles d’homologation des produits manufacturés voisins de 12 mois). Le site devrait ensuite atteindre sa cadence optimale et générer 50 millions d'euros de chiffre d’affaires annuel à partir de 2029 pour un rendement net de plus de 15%.

Un procédé de recyclage unique au monde

La nouvelle usine fera appel au procédé unique au monde de recyclage des déchets issus de la production de l’aluminium développé par Europlasma.

Les campagnes d’essais ainsi qu’un prototype de four ont permis de détruire des crasses (ou scories) créées par l’industrie métallurgique pour produire une alumine d'un niveau de pureté proche de 90%. Cette alumine peut par conséquent être valorisée comme matière première dans certains procédés industriels.

Le succès de ce nouveau procédé accroît l’ambition d’Europlasma de valoriser les matières premières extraites lors du traitement de déchets complexes dans le cadre de l'économie circulaire. Une première utilisation interne de cet aluminium recyclé pourra intervenir dans la composition des réfractaires des fours industriels exposés à de très hautes températures.

Dans ce cadre, l’acquisition récente des Forges de Tarbes et la relocalisation, ainsi que l’internalisation à venir de la chaîne de fabrication des torches à plasma, permettront une intégration directe de cet aluminium recyclé.

Compte tenu des grandes quantités de déchets d'aluminium qui attendent d’être recyclées en Europe, le groupe souhaite développer de nouvelles utilisations pour cette matière première. "Ainsi la construction d’une usine 4.0, dédiée à la production de bouteilles de gaz haute pression en aluminium, ouvre la voie à la création d’une filière européenne autonome", fait valoir Europlasma.

Ce projet d’envergure européenne n’aurait pu voir le jour sans l'action tenace, déterminée et solidaire des salariés de Luxfer, de la CGT appuyé par les communistes à tous les niveaux. 

C'est cette opiniâtreté des salariés engagés dans cette bataille pour la renaissance industrielle qui est à saluer.  Bravo

 

Publié dans Luttes sociales, Industries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article