Cuba : l’urgence de renforcer la solidarité pour la levée du blocus !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Cuba : l’urgence de renforcer la solidarité pour la levée du blocus !

Depuis le 3 février 1962, Cuba subit un blocus économique, commerciale et financier imposé par les États-Unis dans le but de le contraindre à renoncer au modèle de société qu’il s’est choisi avec la Révolution de 1959.

Cela fera donc 60 ans en 2022 que Cuba fait face à ce blocus illégal et inhumain. Les effets sont désastreux pour le peuple cubain, d’autant plus cruels durant une pandémie qui anéantit l’économie du tourisme depuis 2 ans. Ce régime de sanctions n’épargne pas les denrées de base, les médicaments, le matériel médical comme les seringues pour vacciner, les matières premières mais aussi les pièces détachées pour permettre l’entretien des alimentations en électricité.

Rappelons qu’après une relative ouverture initiée par l’administration Obama, Donald Trump a considérablement durci le blocus avec un attirail de 240 nouvelles mesures. En mai 2019, un pas supplémentaire avait été franchi avec l’activation du titre 3 de la loi Helms-Burton, une clause qui permet des poursuites en justice contre les entreprises étrangères présentes à Cuba. Donald Trump a même clos son mandat en inscrivant Cuba dans la liste dressée par Washington des États soutenant le terrorisme. Ce nouveau coup de force, cette nouvelle ingérence des États-Unis envers Cuba implique de nouvelles entraves aux aides économiques, l’interdiction faite aux institutions internationales d’y financer des projets et des rétorsions fiscales et douanières contre les entreprises et les personnes développant des activités à Cuba. L’arrivée de Joe Biden aurait pu être considéré comme une bonne nouvelle pour renouer le dialogue entre Cuba et les États-Unis mais la politique envers Cuba ne change pas et l’administration Biden ne revient sur aucun des dispositions coercitives, sur aucune sanction, sur aucune discussion pour la levée du blocus.

Cependant malgré ce blocus, malgré cet acharnement, le peuple cubain a réussi à édifier un système social solidaire, une politique de santé exemplaire tant dans l’île que dans le monde. Depuis 1962, on estime à 2 milliards de femmes et d’hommes à travers le monde le nombre de celles et ceux ayant bénéficié de l’action des médecins et personnels soignants cubains. Au plus fort de la pandémie de la Covid-19, tout en assurant la préservation de la population, ce sont près de 2000 personnels médicaux cubains qui sont intervenus dans une trentaine de pays dont la France dans l’île de Martinique mais aussi en Italie, en Andorre et dans plusieurs pays d’Amérique latine.

Malgré toutes ces sanctions, malgré toutes ces embuches, Cuba a réussi à mettre au point ses propres vaccins et à faire en sorte qu’aujourd’hui plus de 90% de la population de l’île est totalement vacciné mais comme partout dans le monde, son système de santé est fragilisé et les sanctions économiques continuent à leur poser problèmes pour acheminer des respirateurs, des tests, des seringues ou des médicaments.
Alors que les inégalités mondiales se creusent, alors que le monde affronte une crise sanitaire et sociale inédite, alors que la solidarité internationale est indispensable pour relever les défis sociaux, sanitaires et environnementaux, les grandes puissances ne sont pas totalement engagées pour que les États-Unis lèvent le blocus contre Cuba. Pire encore, l’union européenne passe son temps à proposer des résolutions sur Cuba sans mentionner le blocus. C’est tout simplement criminel !

La levée immédiate du blocus de Cuba est aujourd’hui non seulement une urgence pour le peuple cubain mais aussi une urgence pour tous les peuples du monde. Voilà de multiples raisons de poursuivre, de renforcer, de populariser le mouvement de solidarité internationale pour la levée du blocus comme l’exige depuis la nouvelle résolution votée le 23 juin dernier à l’Assemblée générale de l’ONU.

Cécile Dumas
responsable adjointe du secteur internationale
chargée des questions migratoires et du collectif Amérique latine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article