Initiative de la section d'Oullins ce dimanche. Expressions des communistes et de leurs candidats à la législatives

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Initiative de la section d'Oullins ce dimanche. Expressions des communistes et de leurs candidats à la législatives

 

 
 
Intervention de Benoît Lévèque secrétaire de section du PCF Oullins (Rhône) candidat remplaçant à la législative sur la 12ème circonScription du Rhône;
 
Cher-e-s ami-e-s,
Cher-e-s camarades,
 
Le 24 février dernier, Vladimir Poutine, le nationaliste, le serviteur des oligarques russes, l’ami de l’extrême droite française, déclare la guerre à l’Ukraine. Cette guerre qui fait déjà des milliers de victimes civiles et militaires trouve sa source dans l’affrontement des impérialismes russe et occidental que nous devons condamner sans réserve.
 
Ces impérialismes qui cherchent à étendre leur influence et à s’assurer le contrôle de diverses matières premières et ressources naturelles. Notre parti dans ce conflit est le parti de la paix, il est le parti des peuples qui souffrent, en Ukraine sous les bombes, en Russie sous le joug du pouvoir autoritaire, capitaliste de Poutine.
 
Ce que nous voulons, ce à quoi la France doit participer, c’est le cessez-le-feu et le retrait des troupes russes. Au plus vite. La paix.
 
Non, il ne faut pas envoyer d’armes à l’Ukraine ! Ce serait prendre un parti que nous n’avons pas à prendre dans ce conflit. Préférer un impérialisme à un autre. Nous devons appuyer la diplomatie, maintenir et renforcer les sanctions contre le pouvoir russe, soutenir les forces de paix en Russie. Gloire à ceux et celles qui en Russie manifestent contre l’agression russe, qui se font arrêter et condamner.
 
Honte aux va-t-en guerre ! Les BHL et autres qui veulent nous engager dans une troisième guerre mondiale ! Honte aux marchands d’armes, dont la France, qui déversent toute l’année dans le monde entier, des tonnes d’armements, favorisant la naissance et la poursuites des conflits armés. En Russie, en Arabie saoudite, au Moyen Orient, au Sahel…
 
Notre parti doit être celui de la paix et de la coopération. Le rôle de notre pays est d’agir par la voie politique et diplomatique en faveur de la désescalade. En utilisant son siège au Conseil de sécurité, il doit proposer à l’ONU, de prendre l’initiative de convoquer une conférence pan-européenne extraordinaire de paix et de sécurité collective, réunissant l’ensemble des États européens, avec l’Ukraine et la Russie.
 
Alors que de toute part les budgets militaires augmentent, nous devons agir pour mettre en place des espaces de paix et de coopération entre les pays en Europe et dans le monde. Pour cela bien sûr, il faut en finir avec l’Otan qui est un outil de l’impérialisme occidental pour ne pas dire américain et qui loin d’agir pour la paix, prépare les guerres.
 
Pour les Ukrainiens comme pour les autres peuples qui fuient la misère ou la guerre, nous devons agir pour l’accueil des réfugié-e-s, de tous les réfugiés ! Les blonds et les bruns ! Quelle honte de trier à nos frontières les victimes de la misère ! Nous avons ici la place et la richesse pour prendre notre part à l’accueil inconditionnel des réfugié-e-s.
 
Cette guerre a aussi des conséquences sur notre porte monnaie. Et c’est pas terminé. Pourquoi ? Parce que la libéralisation des marchés de l’énergie, des matières premières agricoles fabriquent des prix par la spéculation. Aujourd’hui, à Chicago, on spécule sur le prix du blé, sur les risques que la guerre fait peser sur les approvisionnements en céréales des pays du monde. Pour l’essence et le gaz c’est pareil. Notre gouvernement doit protéger notre pouvoir d’achat.
 
Notre proposition est simple : c’est le blocage des prix de l’énergie et des produits de première nécessité. Ce que nous perdrons en taxe, nous irons le chercher dans les bénéfices des multinationales en demandant qu’en 2022, il y ait 0 dividende versé aux actionnaires.
 
C’est du bon sens : comment imaginer qu’à l’heure où nous nous serrons la ceinture, l’argent des entreprises partent dans la rémunération du capital ?
 
Avec notre candidat Fabien Roussel, nous voulons agir pour une Europe et un monde de paix et de coopération mais aussi protéger le porte monnaie des français et des françaises.
 
Notre candidat mène une très bonne campagne, il est maintenant connu et apprécié des français. C’est un atout de poids alors que notre parti n’avait plus présenté de candidat depuis 15 ans. Il fait entendre une voix nouvelle dans cette campagne mais le contenu de ses propositions restent encore largement méconnues et souvent caricaturées par nos adversaires ou concurrents.
 
Nous devons diffuser largement ses propositions, notre programme pour la France des jours heureux ! Notre programme pour la jeunesse avec la fin du travail étudiant, la fin de la sélection à l’université, de véritables salaires pour les apprenti-e-s ou la création de maison des jeunes dans chaque commune permettant aux jeunes de faire valoir leur droits au logement, à l’emploi, au sport et à la culture.
 
Notre programme pour l’emploi et le travail avec la hausse généralisée des salaires, la baisse du temps de travail, le droit à la retraite à 60 à tx plein après 37,5 annuités, le droit universel au travail et à la formation.
 
Notre programme pour les services publics et les biens communs avec l’embauche de 500000 fonctionnaires supplémentaires, pour nos écoles, nos hôpitaux, nos transports, notre énergie mais aussi la recherche, la culture, la justice, la sécurité ou les impôts. Avec aussi un essor sans précédent du secteur associatif et de l’économie sociale et solidaire.
 
Un programme pour la transition écologique avec un budget porté à 140 milliards chaque année pour développer le rail, le transport collectif urbain, la rénovation des logements et bâtiments publics, la préservation de la biodiversité, investir dans la recherche, etc. Nous agirons pour décarboner l’économie et relocaliser notre industrie.
 
Un programme pour en finir avec les inégalités femmes hommes, les violences, la société patriarcale avec un ministère dédié, un plan de lutte de la maternelle à l’université contre les stéréotypes, l’inscription de l’IVG dans la constitution, la lutte contre la prostitution et la marchandisation des corps des femmes, la création d’un fond de 1 milliard d€ contre les violences sexistes et sexuelles, l’égalité salariale sera enfin effective au bout d’un an…
 
Un programme pour l’émancipation et la vie digne avec un combat acharné contre le racisme et l’antisémitisme, contre toutes les discriminations, pour le logement digne et contre les expulsions, pour l’accès des personnes porteuses de handicap à la scolarité, au logement, au sport, à l’emploi, pour des repas à 1€ dans nos cantines, pour des états généraux de la culture permettant son développement et son accès à tous et à toutes…
 
Pour tout cela nous devons nous attaquer au coût du capital et à la dictature de la finance, prendre le pouvoir sur l’utilisation de l’argent.
 
Nous voulons bâtir une nouvelle République et rendre au peuple sa pleine souveraineté. Et enfin agir pour transformer l’Europe de fond en comble, redonner à la France une voix indépendante en faveur de la sécurité humaine et de la paix. J’en ai parlé plus haut.
 
Quel beau programme que celui des jours heureux !
 
Et quel bon candidat : Fabien Roussel qui se donne sans compter pour le faire vivre ! Il est le candidat de l’espoir à gauche, celui de la reconstruction d’une gauche populaire, prête à prendre l’argent là où il se trouve, prête à s’attaquer frontalement aux logiques capitalistes, une gauche ouverte aussi, respectant sa diversité et ses différence, une gauche laissant de côté les invectives, une gauche enfin qui est présente toute l’année, qui s’appuie sur des militant-e-s organisé-e-s dans toute la France.
 
Voici que se présente devant nous un nouvel obstacle dans cette campagne. Après la méconnaissance de notre candidat, après les débats sans fin sur l’union de la gauche, après les caricatures de notre candidat repeint parfois en suprémaciste raciste, voici venu le temps du vote utile. Arrêtons-nous un instant et analysons sereinement la situation.
 
D’abord, cet argument, utilisé pendant des décennies par les socialistes, nie le rôle même d’un premier tour d’une élection présidentielle : choisir le programme et le candidat qui nous conviennent le plus. Celui dont on se sent le plus proche. Et le soir du premier tour, on fait les comptes, on regarde qui est qualifié et on se reporte massivement sur le ou la candidate de gauche qui est qualifié. Cette élection est conçue comme ça et appeler au vote utile est une atteinte démocratique. Cela d’autant plus que la présidentielle joue un rôle central dans le jeu politique des 5 années qui suivent.
 
Le risque est donc de tirer des conclusions sur le poids de chaque formation politique à partir d’un vote qui n’est plus un vote d’adhésion mais un vote stratégique. Cela participe fortement au délitement de notre vie démocratique parce que cela fait perdre du sens au débat politique et au vote qui le sanctionne.
 
Ensuite, en observant le total voix de gauche autour de 25 %, on constate que, si un ou une candidate de gauche se qualifie pour le second tour, sa faiblesse nous interdit toute victoire. Ce candidat ou cette candidate aura besoin, quoi qu’il arrive de report de voix et si il ou elle aura précédemment siphonné l’ensemble des voix de gauche dès le premier tour, il ou elle se retrouvera un peu à poil le 10 avril au soir.
 
Notre rôle est donc tout trouvé, nous le savions depuis le début, donner de la force à la gauche, augmenter sa surface électorale, la faire passer de 25 à 30, à 40 % des voix. Et si avec ça on ne gagne pas la présidentielle, on se positionne collectivement pour les élections législatives. Je parle là des communistes mais aussi de toute la gauche, dans sa diversité. Mais peut-être que tout le monde à gauche ne joue pas la victoire.
 
Peut-être que certains préfèrent jouer l’hégémonie. Le PS nous l’a fait pendant presque 40 ans avec pour résultat un accompagnement des politiques libérales qui ont détérioré nos services publics, notre sécurité sociale et nos conditions de vie. La France Insoumise nous l’a fait en 2017 en insultant tout le monde et en disparaissant de la circulation par la suite avant de revenir comme une fleur à quelques mois de l’élection. Les verts se sont sentis pousser des ailes aux européennes, municipales et régionales sans avoir bien regardé les niveaux d’abstention. Et les voici à vouloir continuer à se partager un gâteau qui rétrécit de mois en mois. Pour pouvoir dire quoi ? c’est mon gâteau… et après ?
 
Ce n’est pas notre ambition, ce ne sont pas nos pratiques. Nous voulons changer concrètement la vie des gens. Mettre en face du projet dégueulasse de macron, un projet d’émancipation de tous et de toutes, les jours heureux mes camarades !
 
Pour cela, reconquérir l’électorat populaire est une des clés alors au boulot ! C’est notre travail, à nous les communistes, d’aller à la rencontre du monde du travail, de ceux et celles qui souffrent et de dire ‘oui c’est possible de vivre dignement’ !
 
Il nous reste peu de temps pour convaincre autour de nous, nos amis, notre famille, nos collègues mais aussi nos voisins. Nous avons des tracts, des initiatives programmées, elles doivent encore prendre de l’ampleur ! Nous avons la chance d’avoir un candidat très sympathique et cela nous facilite beaucoup la tâche militante. L’accueil est souvent très bon, il est très rare de voir des mouvements d’humeur ! Allez mes camarades, inscrivez-vous à nos initiatives ! Prenez des tracts et boitez-les ! Allez sonner chez vos voisins pour leur parler de Fabien !
 
Relevons le défi des jours heureux !

 

Intervention de Maud Millier-Dumoulin, candidate communiste à la législative 2022 sur la 12ème circonscription du Rhône.

Chers amis, chers camarades,

L’aspiration des peuples à vivre ensemble en paix, dans la solidarité, la justice et la fraternité est immense. La guerre est toujours un échec. Elle conduit au chaos et enfante des monstruosités dont sont victimes les populations civiles jetées sur le chemin de l’exil.
 

En tant que militants communistes, nous condamnons l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui est un viol du droit international et nous sommes opposés à cette guerre, que rien ne saurait justifier.

Nous militons pour le développement de sociétés justes qui offrent le progrès social, l’égalité, la démocratie et la paix et dans lesquelles il n’y a pas de place pour la violence et la guerre. Les aspirations des peuples à la paix ne peuvent être sacrifiées sur l’autel de
l’impérialisme qui partout dans le monde, en Europe de l’est, en Afrique, au Moyen- Orient et ailleurs suscite tensions et conflits, au seul profit du capital.

 

L'exigence de paix n'est pas qu'un slogan, elle est notre ambition collective pour nous et les générations à venir.

----------------------------------

Dans le même temps, la double crise sanitaire et économique que nous traversons ces deux dernières année se trouve devenir un terreau favorable pour les idées nauséabondes d’extrême droite.

Les derniers chiffres du ministère de l’intérieur démontrent une hausse des actes de haine antisémites et antimusulmans. Le racisme et la xénophobie progressent, la théorie du grand remplacement est distillée sur les réseaux sociaux et jusqu'aux journaux de 20h, dans le cadre de la campagne présidentielle.

Les forces les plus réactionnaires font ventre de tout, dans une ascension irrésistible et à grands renforts de propagande médiatique. Le parti communiste restera toujours mobilisé pour combattre les idées d’extrême droites, d’où qu’elles viennent et de partout. Nous le rappelons, le racisme n’est pas une opinion mais un délit.
 

Nous réaffirmons notre engagement pour une société démocratique, protectrice des
libertés individuelles et collectives, une société de justice sociale et d’égalité.

-----------------------------------

L'actualité nous amène également à parler des prix qui augmentent, l'essence, l’énergie, les denrées alimentaires ... Dans ce contexte une grande partie de la population se demande comment elle va pouvoir vivre dignement. Et les fins de mois n’ont pas le même goût pour tout le monde !!!

Alors que les groupes du CAC 40 ont reversé 70 milliards d’euros aux actionnaires au titre de l’année 2021 et que les 500 plus grosses fortunes de France voient leurs capitaux augmenter de 30%, le président des riches a augmenté le SMIC de seulement 0,9%, les pensions de retraites de 1,1% et a attribué une prime de 100 euros aux salariés touchant moins de 2000 euros. Mais quelle méprisable reconnaissance pour l'ensemble de la population !

De l’argent il y en a, nous savons où le trouver, dans les poches du capital. Et il est grand tant que cette richesse que nous produisons, change de poches !

---------------------------------

Depuis de nombreuses semaines maintenant, nous sommes mobilisés pour que les grands enjeux de notre époque : emploi, pouvoir d’achat, santé, services publics, sécurité sociale, éducation... soient au cœur de la présidentielle et des législatives de juin.

Fabien Roussel avec son programme "les jours heureux", montre l’urgence qu’advienne enfin le progrès social, dans un climat de paix dans le monde et de bien-être et bien vivre pour toutes et tous.

La France est ravagée par la logique du profit et il est plus que jamais urgent de renouer avec le progrès social. Nos propositions en matière d'emplois, de pouvoir d'achat, de services publics, d'environnement et de démocratie font leur chemin dans le débat public et jamais nous ne sommes contredit dans la justesse et la pertinence de nos propositions.

L’originalité du projet de société de Fabien Roussel réside dans la pertinence de ses réponses à la crise ; dans leur cohérence, en articulant les réponses de haut niveau aux besoins sociaux, une nouvelle logique économique pour les satisfaire et de nouveaux pouvoirs d’interventions et de décisions des travailleuses, des travailleurs, des citoyens - citoyennes et des élus-es.

C’est un projet pour une République nouvelle, sociale, démocratique et laïque, respectueuse des femmes et hommes qui la compose, dans un environnement préservé et dans un monde de paix et de coopération.

Avec Benoît, nous prenons l’engagement de porter cette volonté de changement à l’assemblée nationale et dans nos vies, pour conquérir les jours heureux. C'est le sens de notre candidature aux élections législatives et c'est le mandat que vous nous avez confiés.

A quelques jours maintenant du premier tour des élections présidentielles, nous devons continuer de mobiliser toutes nos forces pour faire valoir le vote Communiste.

Les sondages démontrent qu'une très large part de la population ne s'est pas encore positionnée, c'est cette partie de la population qu'il nous faut, dans cette dernière ligne droite, aller voir et convaincre.

Démontrons leur que cette société ultralibérale que voudrait encore aggraver Emmanuel Macron n'est pas une fatalité; que d’autres choix politiques sont possibles, réalisables et finançables, et que cela suppose un vote massif pour Fabien Roussel le 10 avril.

Il nous reste pour cela des initiatives à réussir, notamment dans nos sections respectives. A Pierre Bénite le 25/03, un débat public est organisé autour de nos propositions pour un réelle transition écologique.

Et enfin le 2 avril, nous devons être nombreuses et nombreux à l'occasion de la venue et du meeting de Fabien Roussel à partir de 14h à l'espace Double Mixte de Villeurbanne.

Ensemble mes camarades, rêvons et agissons pour nous et les générations à venir, et le 10 avril, votons et faisons voter Fabien Roussel, pour réaliser ensemble des jours heureux.

Merci de votre écoute.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article