Intervention de Maud Millier candidate à la législative, au débat du 18 février sur la santé

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Tribune du débat public, Maud Millier est la personne à gauche sur la photo

Tribune du débat public, Maud Millier est la personne à gauche sur la photo

Le prisme à travers lequel le sujet de la santé doit être abordé est le suivant : Les êtres humains (et leur santé) ne peuvent être traités comme une marchandise.

Notre démarche communiste est de partir des besoins des citoyens. La crise covid a mis en évidence les nombreux dysfonctionnements de l'hôpital public et a révélé au grand jour le désastre dans lequel les politiques libérales ont plongé le service public de santé.

D'après les sondages récents, les questions de santé sont, à juste titre, la préoccupation première des français. D'où ce débat organisé par les communistes du canton.

L'une des propositions fortes que le programme des jours heureux de Fabien Roussel propose pour répondre aux besoins de soin des citoyens, est celui du développement de centres de santé, de proximité, dans un rayon de 30 minutes de n'importe où, où l'on se trouve.

Afin que l'on puisse avoir accès à une maternité, des EPADS publics, accès à des soins psychiatriques, des PMI, des centres de dépistages, de prévention, notamment pour la jeunesse, des médecins, les dentistes, etc... Dans ces centres de santé, nous proposons le tiers payant généralisé afin qu’il soit effectif pour tous, avec des médecins salariés.

L'unité territoriale est l'un des fondement de la république et l'égalité d'accès et de prise en charge pour toutes et tous est primordial.

Pour une appropriation sociale collective, au service de l'être humain, sur des principes d’égalité et d’unité territoriale, qui sont ceux de la République, nous devons impérativement sortir la santé de la loi du marché et de la finance.

Un pôle public du médicament sera créé. Il permettra de détacher les médicaments de la sphère financière. Un véritable contrôle public pour une souveraineté sanitaire. Pour faire des vaccins et des médicaments des biens communs universels. C'est en ce sens que nous nous engageons pour la levée des brevets.

La Sécurité Sociale est l’héritage de décennies des luttes populaires imposées à partir du programme du Conseil national de la Résistance (CNR), en 1945.

Dans le respect des principes de sa création : "cotiser selon ses moyens, recevoir selon ses besoins" grâce à la cotisation sociale prélevée sur les richesses créées, la Sécurité sociale doit devenir l’une des grandes conquêtes de ce 21e siècle avec sa démocratisation et son élargissement à d'autres sphères comme l'emploi ou la formation.

Ces questions de santé et de développement de services publics s'interpénètrent et concernent toute la population.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article