Le plein-emploi version libérale par Jean Christophe Le Digou

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le plein-emploi version libérale par Jean Christophe Le Digou

Le « retour au plein-emploi », voilà le chantier qu’Emmanuel Macron entend ouvrir avec sa candidature à un second mandat.

Cela fait trois ans que le Président rappelle que son but est de ramener le chômage à 7% à la fin de son premier mandat, une étape par rapport à un deuxième objectif, celui « d’arriver au plein-emploi en 2025 ». Si l’échéance est de fait reculée de deux ans, à 2027, l’objectif demeure.

Le rebond de la croissance après la grande pandémie permet d’afficher 380 000 créations nettes d’emplois depuis 2019, de quoi crédibiliser le discours présidentiel !

L’objectif affiché de « plein-emploi » peut paraitre consensuel. Illusion !

Le discours cache une volonté de poursuivre la restructuration régressive du statut salarial :  après les réformes du Code du travail et de l’assurance chômage, le cap est mis sur une flexibilité accrue de l’emploi, le recul de l’âge de la retraite, le conditionnement des droits sociaux, de nouvelles exonérations de cotisation pour les entreprises… Autant de mesures destinées à « inciter au travail » dans une optique libérale.

Ce discours relève de la duperie. On est loin d’un « droit universel à l’emploi ». Selon la conception macronienne le plein-emploi ne veut pas dire « la fin du chômage » mais « une situation où le nombre des places vacantes est supérieur au nombre de candidats à un emploi »[1]. Resteraient le chômage entre deux contrats de travail et le chômage lié à des changements de structures économiques.

Parions que le Président de la République, lorsqu’il évoque le plein-emploi à l’horizon 2027, imagine probablement un taux de chômage aux alentours de 5 à 6%. Du moins pour le chiffre officiel ! Les statistiques du Ministère du travail ne décomptent déjà que la moitié des 6 millions de personnes à la recherche d’emplois, oubliant les précaires, les jeunes, les exclus…

Quelles que soient les fluctuations du nombre –officiel- des privés d’emploi, le fonctionnement du marché du travail demeurerait intact. Une « armée salariale de réserve », même réduite pesant sur les salaires et les conditions de travail constituerait toujours un moyen de pression brutal et inégalé pour faire régner les lois de la rentabilité.

Aller au-delà du plein emploi est LA révolution attendue. Si les transformations du travail et des technologies supposent de mettre l’individu et le travail au cœur du dispositif de recherche d’efficacité, protéger et développer comme jamais les capacités humaines demeurent des nécessités.

Lorsque l’on parle de « sécuriser les parcours professionnels », ce n’est pas seulement le droit à un revenu garanti qui est visé mais un nouveau statut de l’emploi. D’où la nécessité de s’attaquer à la manière dont se crée la richesse, de s’attaquer au déséquilibre actuel dans le partage de cette richesse, et donc de réévaluer la place faite au travail et aux travailleurs dans l’entreprise.

Le moment est venu de renverser la table. Créer les conditions d’une dynamique des emplois et des innovations, une dynamique fondée sur une réponse aux immenses besoins sous-estimés de formation qualifiante et reconnue est une priorité. La formation, aujourd’hui parent pauvre des politiques de l’emploi, doit devenir un besoin tel que sa mise en œuvre entrainera la suppression du chômage.

Il est urgent d’organiser au travers d’une « sécurité sociale professionnelle d’emploi », la sécurité collective nécessaire accompagnant le nouveau projet social et écologique de développement dont le pays a besoin.

[1] Jean Pisani-Ferry, Plein emploi, Conseil d’analyse économique, décembre 2000

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article