Crise : zéro de croissance au 1er trimestre et inflation galopante : augmenter les salaires, l'urgence !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Illustratio publiée dans  la Montagne du 6 mai 2022

Illustratio publiée dans la Montagne du 6 mai 2022

La Montagne le quotidien auvergnat nous révèle dans un article du 6 mai, qu'après le zéro de croissance du 1er trimestre et les prix qui flambent dans les grandes surfaces, le gouvernement à venir de Macron a du pain sur la planche. C'est le moins que l'on puisse dire !

Il y a urgence de décider le plus vite possible la revalorisation des salaires réels et en tout premier lieu celle du SMIC en le portant à 1923 brut, du point d'indice des fonctionnaires de 10% et de tous les minima sociaux. Pas question de payer la crise avec plus d'austérité, c'est ce que viennent de dire fortement des millions de salariés à Emmanuel Macron lors de la présidentielle.

Bien sur ces trois mesures doivent s'accompagner de celles visant à bloquer les prix des produits de première nécessité, de l'électricité et du gaz et obliger le patronat à des démarrages de grilles de salaires au minimum à hauteur du SMIC afin que les revalorisations salariales impactent tous les salariés.

En effet, il faut choisir ou une aggravation de la crise avec des profits qui gonflent souvent avec l'usage de la spéculation ou une sortie de crise par le haut avec les gros qui paient plus que les petits.

Il faut faire savoir à Macron ce que voulons tous, en agissant avec des luttes plus fortes sur les salaires dans les entreprises et les services publics mais aussi dans les urnes en votant pour les candidats aux législatives qui portent ces exigences légitimes dans leur programme comme ceux du Parti communiste.

Cela urge, car cette situation qui s'aggrave très rapidement peut voir le capital décider seul et avec le soutien des libéraux de plans de suppressions massives d'emplois pour récupérer sur le dos des travailleurs et de leur emploi, les pertes financières (les profits) dues aux pertes de marchés découlant de la crise du capitalisme dont l'issue nécessite plus que jamais de changer la gestions des entreprises en priorisant l'humain et la planète contre la rentabilité financière.

Salaires, emploi, formation une triple exigence pour la résistance et pour une issue à la crise et la construction d'une autre société tant l'actuelle se dégrade très rapidement pour le plus grand nombre.

Alors dans les luttes et dans les urnes n'hésitons pas !

 

Publié dans Social, PCF, Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article