Irlande: Victoire électorale du Sinn Fein ! Quelles perspectives?

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Irlande: Victoire électorale du Sinn Fein ! Quelles perspectives?

La victoire électorale du Sinn Fein aux élections locales d'Irlande du Nord a fait évènement en Europe ! Elle met sur la table de nombreuses questions sur l'évolution politique du pays. Le Sinn Fein est l'ancienne branche politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA),

Sinn Fein revendique la réunification de l'Irlande. C'est la première fois de l'histoire du pays qu'il gagne en suffrages exprimés et en nombre de sièges au Parlement de Belfast. Avec 29% des votes et 27 sièges sur 90, il devance le DUP (Parti Démocrate Unioniste, 21,3% et 25 sièges) qui avait jusqu'à présent dominé la vie politique de l'Irlande du Nord.

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de cette nation du Royaume-Uni, un parti nationaliste favorable à la réunification de l’île d’Irlande est arrivé en tête aux élections visant à renouveler le Parlement nord-irlandais.

Cependant, les résultats obtenus par le Sinn Fein, s'ils peuvent relancer la question de l'unification, ne sauraient être lus comme un référendum pour l'unité de l'Irlande. En effet, La victoire du Sinn Fein ne doit pas cacher que l'Unionisme prédomine toujours en Irlande du Nord.

Si l'on ajoute les voix obtenues par les trois partis unionistes (DUP, Ulster Unionist Party et Traditional Unionist Voice), ces derniers représentent 40,1% des suffrages exprimés.

Par ailleurs, ces élections locales montrent la percée de l'Alliance Centriste (Alliance Party) qui s'impose en 3ème force politique du pays avec 13,5% des suffrages et 17 sièges au parlement. Or les centristes ne sont ni unionistes ni nationalistes.

À sa manière, Michelle O’Neill, la vice-présidente du Sinn Fein, a aussi cette appréciation en insistant, comme elle l'avait fait lors de la campagne électorale, sur les problèmes sociaux et non sur l'unification. Il n'en reste que la question du statut juridique de l'Irlande du Nord va être relancé.

En effet, en refusant, du fait du Brexit, la formation d'une barrière douanière entre la République d'Irlande, membre de l'Union Européenne (UE), et l'Irlande du Nord membre du Royaume uni, les contrôles douaniers entre cette province et les reste du Royaume Uni attisent la colère des Unionistes qui y voient la mise en place d'un statut spécial puisque les barrières douanières sont installées entre la province irlandaise et le reste du Royaume Uni.

L'Irlande continue donc d'être pour le Royaume Uni un terrain de bataille pour son accès au marché uni européen quand elle même veut limiter l'accès au sien.

Pourtant le Royaume Uni semble prêt à une confrontation avec l'Union Européenne sur les contrôles douaniers. Il s'appuie, pour justifier l'exigence de la suspension de l'accord, sur celle des Unionistes qui en font une condition pour participer à la formation d'un gouvernement avec le Sinn Fein.

Les communistes irlandais soulignent d'ailleurs que la division de l'Irlande reste une arme pour le Royaume Uni pour défendre ses intérêts vis-à-vis de l'UE. Ils soulignent que les politiques d'austérité ne sont pas l'apanage du Royaume Uni mais bien les choix politiques des classes dominantes en Irlande.

À la division du pays, ils opposent une voie démocratique et socialiste d'unité du pays.

Publié dans Europe, International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article