L'audiovisuel public, notre bien commun. Mobilisation ce 28 juin

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

L'audiovisuel public, notre bien commun. Mobilisation ce 28 juin

En s’attaquant à l’audiovisuel public par le biais de la suppression de la redevance, Macron a réussi à fédérer les organisations syndicales du secteur, vent debout contre cette décision démagogique, et en mettant hypocritement en avant le pouvoir d’achat.

La colère monte chez les salariés et les initiatives se multiplient. Préavis de grève, pétition, textes et vidéos de soutien, motions, tracts, interpellation des politiques.

En ligne de mire, une grande journée d’action le 28 juin prochain, jour de l’installation des nouveaux député-e-s à l’Assemblée Nationale, ces mêmes députés qui seront appelés à entériner la fin du financement dédié aux médias du service public.

Car ce qui se joue là, dans l’urgence et sans véritable débat, c’est un demi-siècle d’un système de financement affecté, garantissant, malgré une baisse continue ces dernières années un financement dédié, indépendant et pérenne des médias audiovisuels publics, bien commun des Français.

A France Télévisions, la marche générale de l’entreprise semble suspendue à la décision d’un seul homme alors que ce doit être au peuple de débattre et de décider de ce qu’il veut comme service public audiovisuel.

Les salarié-es de FTV se battront pour que les citoyens de notre pays puissent continuer à profiter de manière égalitaire, des contenus de nos chaînes, radios et plate-formes, de cette diversité qui fait notre richesse et notre force malgré les gigantesques plans d’économies que nous avons déjà subis depuis 10 ans.

Comme l’hôpital, l’école et l’ensemble des services publics, l’audiovisuel public subira une amplification des coupes budgétaires déjà à l’œuvre.

Il verra les suppressions d’émissions, la fermeture ou la privatisation de chaînes, l’abandon des outils de production, la fusion de France Bleu et France3 en région, des orientations sur lesquelles travaillent d’ores et déjà les sénateurs, l’ARCOM et l’exécutif.

Supprimer la redevance sans piste de financement alternatif crédible, c’est ouvrir la porte aux pires scénarios de démantèlement. Et on peut faire confiance aux cabinets de conseil pour imaginer les pistes de transformation : réorganisations, suppressions d’emplois, réduction du périmètre, abandon des missions.

Le syndicat CGT appelle les salariés à se mobiliser massivement le 28 juin, pour défendre l’Audiovisuel Public, son mode de financement, son développement et son indépendance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article