Hôpital Henry Gabrielle… Face aux usagers, aux personnels et aux élus, les HCL restent sourds - 2 -

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

En pièce jointe la note des HCL

Hôpital Henry Gabrielle… Face aux usagers, aux personnels et aux élus, les HCL restent sourds - 2 -

Après l'adoption (1) par le Conseil Métropolitain d'un voeu demandant l'arrêt du projet des HCL de transfert de l'Hôpital Henry Gabrielle de Saint-Genis-Laval au Vinatier, les HCL ont tenu le 4 juillet un Conseil de surveillance présidé par Monsieur Doucet, le maire de Lyon. Cela fut l'occasion d'une nouvelle mobilisation de la CGT, des associations de patients et des communistes avec leurs élus-es exigeant le respect des décisions politiques prises par le Conseil Métropolitain. Au cours de ce Conseil de Surveilllance une note de réflexion a été donnée par la direction des HCL aux participants. Cette note a fait l'objet d'une analyse critique du Comosass et d'une déclaration publique des élus-es communistes ci-dessous.

"Le Conseil de surveillance des HCL est-il hors-sol ? C’est ce que laisse supposer sa séance du 4 juillet. Malgré la mobilisation des usagers et des personnels, malgré le vote de 105 (1) élus métropolitains, soit une très large majorité, pour le maintien et la réhabilitation de l’hôpital Henry Gabrielle sur son terrain de Saint-Genis-Laval, les HCL persistent et signent en diffusant « une note de méthode pour accompagner la reconversion du site de l’hôpital Henry Gabrielle ».

C’est d’abord un déni de démocratie, puisque le vote des élus métropolitains est bafoué. C’est une parole trahie, puisque les HCL avaient toujours dit qu’ils prendraient en compte l’avis de la Métropole. C’est la poursuite d’une politique de santé qui soumet l’hôpital public aux critères des entreprises privées, sacrifiant la santé devenue marchandise.

Nous regrettons que le Maire de Lyon et le représentant de la Métropole au Conseil de surveillance n’aient pas assumé la position de la majorité du Conseil métropolitain. Il est clair que la puissance foncière et économique des HCL pèse, pour eux, plus lourd que l’avis des élus et citoyens, l’expertise des personnels et usagers.

Nous nous insurgeons contre la note diffusée par les HCL.

  • D’une part, elle poursuit le transfert d’Henry Gabrielle sans que la décision soit intervenue dans les instances habilitées à la prendre.
  • D’autre part, elle confirme le sacrifice de l’hôpital du Vinatier et de la psychiatrie -ce dernier englobé dans « le groupement hospitalier est ».
  • Enfin, derrière la « novlang technocrate », elle laisse ouverte le recours aux cabinets privés, avec l’appel à « un prestataire spécialisé en « design sociétal », et renvoie des dépenses considérables -sous le vocable médico-social- sur les collectivités locales et les familles.

Pas un mot sur la première mission des HCL : répondre aux besoins de santé, accueillir et soigner.

Au travers du transfert d’Henry Gabrielle au Vinatier, c’est bien l’ensemble du patrimoine hospitalier de la Métropole de Lyon -lieux, soignants et savoir-faire- qui est violemment attaqué.

La question est, désormais, nationale. Avec toutes les forces disponibles, nous continuerons à défendre l’hôpital public et nous irons jusqu’à l’ARS et le ministère de la Santé. La partie n’est pas jouée.

1 Le vœu a été voté avec 105 voix « pour », 1 « contre », 32 « abstention » et 5 « ne prend pas part au vote ».

Forte présence des militants communistes au rassemblement devant le siège des HCL, pour exiger le maintient de l'hôpital Henry Gabrielle sur son site actuel. Parmi eux, Marie Christine BURRICAND qui a porté le vœu au sein du conseil Métropolitain, approuvé par les 2/3 des conseillers, ainsi que Jean Claude VASLET et Benoît LEVEQUE pour les sections du PCF de Pierre-Bénite et d'Oullins.
 
En réponse au vœu émis, le président du conseil de surveillance et la direction des HCL se sont fendu d'une communication, véritable bras d'honneur aux élus Métropolitains, aux organisations syndicales et aux citoyens.
 
Ce morceau de bravoure managerial cache mal que la direction des HCL est en difficulté devant la mobilisation des personnels, des patients, des citoyens et des élus-es.
 
Non, Monsieur Doucet, Non Monsieur Moigne, vous n'en avez pas fini. Vôtre projet est un mauvais projet et ne passera pas !