Renault Lyon Est à Vaulx en Velin, le groupe Renault ne tient pas ses engagements !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Renault Lyon Est à Vaulx en Velin, le groupe Renault ne tient pas ses engagements !

La direction de Renault Lyon Est, vient d’annoncer le départ des salariés. 58 % des effectifs partiront à Vénissieux - 12 % partiront à Vaise 20 % partiront à Rillieux. Sans garantie d’emploi pérenne, sans garantie de compensation.

Aujourd’hui, 8 salariés sont laissés dans l’incertitude, parmi eux 6 sont en Affection Longue Durée pour lesquels il faut aménager les postes.

Aujourd’hui, alors que la Direction du Groupe s’est engagée le 10 mai dans son communiqué « à une démarche collaborative visant à favoriser l’intégration des jeunes en apprentissage, stage au sein de ses établissements », la DRH, nouvellement recrutée, déguise en démission les 6 contrats d’apprentissage.

Que vont devenir ces 6 jeunes qui ont cru dans les paroles de la Direction du Groupe RENAULT ?

L’attitude de la DRH (direction des ressources humaines) est inqualifiable.

Le groupe RENAULT ne tient pas ses engagements pris devant les Préfets, la DIRRECTE, la Maire de notre ville, et réaffirmés par écrit le 10 mai.

NOUS DEVONS RÉAGIR – ENSEMBLE NOUS POUVONS AGIR

Ange VIDAL
Elue d’opposition Ville de Vaulx-en-Velin

 

Le 8 juin en fin d'après midi, la section du PCF de Vaulx-en-Velin a tenu une initiative de mobilisation avec les salariés de Renault Lyon Est, les syndicalistes de la CGT, les communistes et leurs élus-es et les citoyens.

Ange Vidal élue à la municipalité de Vaulx en Velin, dans l'opposition est intervenu sur les enjeux de la lutte engagée par le maintien de Renault Lyon Est dans sa ville avec tous ses emplois.

"Bonjour à vous toutes et tous,

Je vous remercie d’être présent ce soir, Par votre présence aux côtés des salariés cet après-midi, et ce soir, vous envoyez un message fort à la direction de Renault, vous montrez, que vous refusez le départ de Renault à Vaulx-en-Velin.

Le groupe RENAULT ose cacher ses décisions économiques derrière des motifs fallacieux et insultants pour les vaudais : citation :

« l’établissement est pris en tenaille :

- Sur sa partie Est, l’environnement immédiat se caractérise par des zones de trafic et non droit qui sont clairement défavorables à nos activités.

- Sur sa partie Ouest, le site est accolé à un centre commercial périclitant ainsi que des bureaux en grande partie non occupés. Il n’y a pas de réel lieu de vie à proprement parlé ni d’attractivité poussant les chalands à la visite

- L’établissement de Vaulx-en-Velin, s’entoure d’une population à faible revenu par foyer

La zone n’est pas attractive pour les nouveaux investisseurs (zone commerciale, village automobile…). Cependant, elle le devient pour des promoteurs immobiliers. »

Aujourd’hui, ces 105 salariés dont 9 apprentis qui sont en danger.

Je refuse que les salariés soient utilisés comme variable d’ajustement budgétaire au seul intérêt des profits de Renault et des dividendes des actionnaires – selon les syndicats le groupe Renault est assis sur un véritable trésor de plus de 15 milliards d’euros gardés précieusement

Renault innove dans le mensonge. Il utilise les salariés comme variable d’ajustement et se permet d’insulter des citoyens d’une commune populaire.

Aujourd’hui, le groupe a décidé de supprimer plus de la moitié de ses sites RRG en France, mais a-t-il oublié que Renault c’est la voiture de Monsieur et Madame Tout le Monde .

Le groupe Renault oublie que ce sont nous les citoyens qui avons fait sa fortune, nous qui avons acheté notre voiture à crédit, qui sommes fiers de rouler en Renault.

Le groupe a besoin de liquidité très rapidement pour mettre en place son plan de démantèlement en France, dans le cadre de la restructuration généralisée de cette industrie conduite par les grands groupes allemands, japonais et US, cachant derrière la « transition électrique » la guerre économique qui détruira partout des savoir-faire.

Je sais que vous comme moi, refusons cette stratégie financière et spéculative.

Le groupe RENAULT détruit l’emploi : MCA à Maubeuge, Renault Alpine à Dieppe, Fonderies de Bretagne, site de Choisy Le Roi, site de Lardy, RRG Vaulx-en-Velin, pour ne citer qu’eux, dans le seul but et avec l’aide de l’État de conforter le capital, les actionnaires en mettant le cap sur la rentabilité.

Vous n’êtes plus seul, vous avez de nombreux soutiens :

  • le conseil municipal réuni le 1er juin a adopté à l’unanimité un vœu pour le maintien du site et par conséquent le maintien des salariés que nous allons dans quelques instants écouter
  • les élus du conseil municipal ont été présents à vos côtés pour cette journée d’action
  • Madame la Maire de Vaulx-en-Velin qui a montré à la direction qui était les vaudais, un peuple de résistants et de combattants
  • les élus communistes du Rhône et de la métropole, présents dans la salle ou empêchés
  • Eric BELLOT , maire de Neuville, qui fut longtemps enseignant à Vaulx-en-Velin, qui me rappelait il n’y a pas si longtemps son attachement à notre ville et dont je vous lis son message
  • Les sénateurs et sénatrices : Eliane ASSASSI – sénatrice de Seine St Denis qui a dénoncé les cabinets conseils proche du pouvoir, Michèle GREAUME – sénatrice du Nord – qui elle aussi se bat contre les fermetures, les suppressions d’emploi dans sa région, Pierre Laurent – sénateur de Paris – Vice Président au Sénat, Jéremy BACCHI – sénateur des Bouches du Rhône – notre plus jeune sénateur – son soutien à votre lutte, me touche, car il a grandit dans les quartiers nord de Marseille, syndicaliste CGT, il me rappelle les grandes luttes, comme celle des chantiers de la Ciotat, les député.e.s : qui sont en campagne pour leurs réélections et qui vous font part de leur soutien, Marie-George BUFFET – ancienne ministre de la jeunesse et des sports, députée de Seine-St-Denis, qui se bat pour que nos villes populaires ne soient pas les oubliées de l’histoire, Alain BRUNEEL – député du Nord, une région que j’affectionne pour la richesse de coeur de ses habitants qui ouvrent leur porte et leur coeur, qui souffrent de la désindustrialisation – Homme de terrain, il connaît bien RENAULT pour avoir porté le dossier Renault à l’Assemblée Nationale.

Ce moment entre nous, moment de solidarité fraternelle s’inscrit en dehors de toute campagne électorale, et ne sera inscrit dans aucune campagne de tel ou tel candidat pour appeler à soutenir untel ou untel il me semble important de vous le préciser.

La défense des salariés en lutte, ne doit pas être l’occasion pour des candidats de se servir du désarroi de salariés qu’ils auront vite oubliés après leur campagne ou après leur élection.

Mon engagement auprès des salariés ne datent pas d’hier, moi, je ne viens pas au chevet des salariés, qui au demeurant sont plutôt des gaillards courageux et bien portant.

Vous ne me ferez pas écrire dans un journal en ligne que « j’ai sauvé RENAULT » au soir de ma venue tant médiatisée sur le site.

J’apporte mon soutien à tous les salariés en lutte du groupe Renault car que l’on soit, ici à Vaulx-en-Velin, Maubeuge, Lardy, partout en France y compris dans le bordelais c’est la même stratégie

Refusez, refusons que les salariés soient une mesure d’ajustement au seul intérêt des profits pour Renault et des dividendes pour ses actionnaires.

Pour le groupe Renault, la chanson est délocalisation, modération salariale, chômage technique pour les salariés et champagne pour les actionnaires. Pour nous ce soir, c’est SOLIDARITE, SOUTIEN, et pot de l’amitié sans caviar ni champagne,

Je garde encore quelques minutes la parole, pour vous dire que j’ai eu au téléphone notre sénatrice , Cécile CUKIERMAN, elle ne peut être là parmi nous ce soir comme cela était prévu, elle relance le président WAUQUIEZ à la région afin qu’il se positionne.

Et pour vous lire, un message qui vous a été envoyé par le candidat à la présidentielle qui portait le programme LES JOURS HEUREUX, je nomme Fabien Roussel.

Oui, les JOURS HEUREUX sont possibles, j’y crois personnellement, être là à vos côtés, est pour moi, une réalité mais aussi cet immense espoir de changer l’ordre des choses.

Je laisse maintenant la parole à Amara, qui se bat aux côtés de ses collègues, sa voix est la voix de tous les salariés en lutte, celle d’une homme qui refuse le démantèlement du groupe RENAULT pour toujours donner plus aux actionnaires.

Puis je laisserai la parole à Lucas Boghossian que je remercie de son soutien sans faille et sans qui cette soirée n’aurait pu avoir lieu.

Belle soirée d’échanges à vous toutes et tous !