Victoire : réouverture de la ligne de la rive droite du Rhône. L’Occitanie tient ses engagements.

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Photo de droite les cheminots CGT mobilisés pour le rouverture de la ligne
Photo de droite les cheminots CGT mobilisés pour le rouverture de la ligne
Photo de droite les cheminots CGT mobilisés pour le rouverture de la ligne

Photo de droite les cheminots CGT mobilisés pour le rouverture de la ligne

Le 29 août 2022 la Région Occitanie rouvrira la ligne SNCF entre Pont-Saint-Esprit et Avignon, avec une desserte de Bagnols-sur-Cèze. Cette réouverture est le résultat d'une bataille de la CGT, des citoyens, des usagers et des partis politiques de gauche. C'est également le fruit de la détermination de la Région qui a permis de gagner 3 ans alors que l'échéance envisagée était 2025. 
 
Le 28 août sera un événement festif et populaire pour marquer ce temps fort pour le territoire du Gard Rhodanien et l’Occitanie.

 

Les chiffres et infos clés

• Arrêt des circulations voyageurs depuis 1973 ;
• Axe ferroviaire classé prioritaire à la suite des Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité organisés par la Région Occitanie en 2016 ;
• Ligne de 82 km du réseau ferroviaire structurant et corridor fret européen ;
• Concertation réglementaire menée fin 2019 par SNCF Réseau sous l’égide de la Région ;
• Réouverture à la desserte voyageurs, à partir du 29 août 2022, des gares de Pont-Saint-Esprit et Bagnols-sur-Cèze avec 10 trains régionaux liO par jour (5 allers-retours) entre Pont-St-Esprit et Avignon-Centre ;
• Complémentarité avec l’offre de cars liO proposée sur le territoire ;
• Projet de réouverture complète de la ligne et desserte des 10 arrêts à l’horizon 2026 ;
• Le coût total du projet est estimé 100 M€ par SNCF Réseau (dont 12,8 M€ déjà mobilisés par l’Occitanie pour cette première étape de la réouverture) ;
• 2 Pôles d’Echanges Multimodaux (PEM) en cours de réalisation pour cette réouverture anticipée (Pont-Saint-Esprit et Bagnols-sur-Cèze) et six projets de PEM à venir sur l’ensemble de la ligne (Laudun-l’Ardoise, Roquemaure, Villeneuve-lès-Avignon, Aramon, Remoulins, Marguerittes) ;

 
C’est avec fierté qu'il est annoncé aux usagers, aux habitants, aux élus locaux et à l’ensemble des forces vives de ce territoire le retour du train de voyageurs dans le Gard rhodanien après un demi-siècle d’absence.
 
Le train est le mode de transport d'avenir. Le train comme outil d’aménagement des territoires, comme levier d’attractivité et de vitalité, et comme moyen pour le droit à la mobilité au quotidien à l’heure où la crise climatique impose plus que jamais à s'interroger sur les modes de déplacement.
 
Les États généraux du rail et de l’intermodalité menés en 2016 avaient fait émerger cette réouverture comme une priorité collective.
 
Aussi, la Région a agi pour que le calendrier soit tenu et le financement du projet assuré à 100% par la Région. Cette première réouverture de ligne en Occitanie conforte l'ambition pour le développement du ferroviaire. En Occitanie, d’autres suivront, comme la ligne Montréjeau-Luchon en Comminges, qui verra circuler les premiers trains à hydrogène de France, ou encore la ligne Alès-Bessèges dans les Cévennes.
 
La Présidente de la Région Occitanie a souligné la formidable mobilisation collective qui a permis d’aboutir à un projet concerté et partagé par tous, avec des remerciements particuliers pour le vice-président communiste de la Région, Jean-Luc Gibelin, qui a encadré chaque étape décisive de cette bataille pour le retour de ce train emblématique.
 
Carole Delga invite les habitants, les élus locaux, les acteurs économiques, culturels ou associatifs et tous les amoureux du train à participer le dimanche 28 août, au grand événement festif et populaire qui marquera la concrétisation d’un projet d’avenir.
 
Un atout de plus pour un territoire dynamique et attractif qui regroupe 44 communes et près de 75 000 habitants. Le Gard rhodanien dispose d’atouts majeurs puisqu’il héberge notamment le second pôle industriel de la région. Ce territoire s’organise autour de deux centralités représentant 40% de la population du territoire : Bagnols-sur-Cèze (près de 19 000 habitants, 3ème ville du département du Gard), et Pont-Saint-Esprit (plus de 10 000 habitants).
 
Ces deux villes concentrent une offre importante d’équipements, de commerces, de services et d’emplois. Le territoire est en étroite interconnexion avec Avignon (84) et dans une moindre mesure avec Nîmes (30). Ainsi, on enregistre quotidiennement des flux entrants en provenance d’Avignon plus importants que les flux sortants (16% contre 13% à destination d’Avignon).
 
Le potentiel envisagé sur cette ligne de train est très conséquent en proposant notamment un gain de temps de l’ordre de 40% par rapport à un trajet en voiture pour Avignon. Dans cette perspective, l’offre ferroviaire va permettre un report modal de la route vers le rail.
 
Avoir encore plus d'ambition
 
Mise en service au XIXe siècle pour relier Givors (69) à Nîmes (30), la ligne dite de la rive droite du Rhône fut pendant plus d’un siècle un axe ferroviaire nord-sud de première importance desservant 17 gares sur plus de 254 km.
 
Face au développement de l’usage de la voiture et de la ligne ferroviaire Lyon-Marseille empruntant la rive gauche du Rhône, la décision a été prise en 1973 de réserver cet itinéraire au fret. Actuellement une vingtaine de trains de fret circule chaque jour sur la ligne - un niveau très éloigné de celui des années 70 - qui constitue également un itinéraire de détournement en cas de perturbation sur la ligne de la rive gauche du Rhône.
 
Cette décision a ensuite été remise en question dès 2006 lors du débat public « Vallée du Rhône / Arc languedocien ». Des études sont alors menées à partir de 2007. En 2016, les États Généraux du Rail et de l’Intermodalité (EGRIM), large concertation organisée par la Région Occitanie, ont permis de définir plusieurs priorités parmi lesquelles le projet de réouverture de cette ligne sur la section située entre Nîmes et Pont-Saint-Esprit.
 
Après 5 années d’études, de procédures administratives et de travaux financés en intégralité par la Région Occitanie, 2022 marque désormais la 1ère étape de la réouverture de cette ligne indispensable pour le développement du territoire et le droit à la mobilité : à compter du 29 août, les circulations voyageurs reprendront entre Pont-Saint-Esprit et Avignon, avec une desserte de Bagnols-sur-Cèze, avant une réouverture complète en 2026.
 
L’intérêt porté au transport ferroviaire a fait émerger plusieurs projets sur la rive droite du Rhône. En effet, la Région AURA et SNCF Réseau ont lancé des études sur la réouverture aux voyageurs de la ligne entre le Teil (Ardèche) et Romans-sur-Isère (Drôme) via Valence TGV et Valence-Ville. L’étude préliminaire entre Le Teil et Romans prévoit à l’horizon 2028 7 A/R quotidiens soit 14 trains par jour, et la desserte des gares de Romans, Valence TGV, Valence Ville, Livron, Le Pouzin, Cruas et le Teil.
 
Les deux projets, bien que géographiquement distincts et à des stades d’avancement différents, s’inscrivent dans une même logique de réouverture de cet axe à la desserte de voyageurs. Ainsi, les 2 Régions ont convenu de travailler conjointement afin de faire avancer ces 2 projets de manière concertée pour faciliter la connexion des territoires et les déplacements des habitants.
 
L'heure est venue d'envisager la réouverture de la ligne ferroviaire de la rive droite du Rhône jusqu'à Givors et Brignais. C'est le défi a relever pour le droit à la mobilité, le développement économique, la lutte pour le climat et l'aménagement du territoire. Les communistes sont déterminés. Ils soutiennent et participent aux mobilisations des syndicats et des salariés de la SNCF qui agissent en ce sens.
 
Voir le document complet en PDF en cliquant sur le lien au dessus.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article