Cette allégeance qui proscrit tout sens critique par Francis Wurtz

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Cette allégeance qui proscrit tout sens critique par Francis Wurtz

Trois faits convergents intervenus ces derniers jours sont suffisamment graves pour qu’il soit utile d’y revenir. Ils ont en commun de contribuer à installer dans le pays un climat d’intolérance en montrant du doigt quiconque exerce son sens critique sur des sujets réputés sensibles.

Au nom du « qui ne dit mot consent », ne pas réagir à ce rabougrissement du débat public pourrait être interprété comme une acceptation tacite de cette culture de l’allégeance au « camp » dominant dans chacun des domaines concernés. Parlons donc franchement.

La première de ces « affaires » est celle provoquée par – excusez du peu ! – le garde des Sceaux en personne à propos du désormais fameux projet de résolution de 38 députés de la Nupes, qui condamnait « l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien ». Le ministre, rappelons-le, avait, sur cette base, insidieusement accusé les députés de gauche d’antisémitisme, à l’instar de la pratique honteuse d’un Netanyahou comme de ses successeurs envers quiconque exprime une critique de fond de leur politique discriminatoire à l’égard des Palestiniens.

Une chose est de désapprouver l’usage, en l’occurrence, du terme d’apartheid : cela fait partie du débat normal en démocratie, même si, outre Amnesty International ou Human Rights Watch, la très respectée organisation israélienne B’Tselem ou la courageuse journaliste du quotidien israélien « Haaretz » Amira Hass, entre autres, prennent cette notion à leur compte, et que la loi de 2018 sur « l’État-nation du peuple juif » institue officiellement la ségrégation… Ce qui est, en revanche, totalement inadmissible est de proscrire le débat de fond par le chantage à l’antisémitisme ! Tout démocrate devrait s’insurger contre cette dérive ignoble.

La deuxième affaire, également déplorable, est l’entreprise de culpabilisation menée par nombre de commentateurs contre les auteurs du rapport d’Amnesty International (AI) accusant l’armée ukrainienne de mettre des civils en danger, notamment en établissant des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux. Si le président Zelensky estime qu’AI tente ainsi « d’amnistier l’État terroriste russe », c’est son affaire. Rien ne devrait, pour autant, altérer le débat : oui, l’Ukraine est l’agressée et la Russie l’agresseur, mais les exactions des troupes russes ne rendent pas caduque la question des pratiques éventuellement condamnables de l’armée de Kiev. La seule question qui vaille est donc de savoir si les preuves apportées par AI sont contestables ou non. Le débat de fond, pas l’allégeance.

Enfin, l’accusation de « reprendre les éléments de langage de Pékin » (de la part du chercheur Antoine Bondaz) lancée contre les rares dirigeants politiques qui ont désigné la visite de Nancy Pelosi à Taïwan en pleine crise internationale par le terme approprié (« provocation ») est, là encore, une façon de troquer le nécessaire débat de fond contre l’injonction à s’aligner sur les positions d’un « camp », en l’occurrence le camp occidental.

« Ayez le culte de l’esprit critique ! » conseillait, en grand scientifique, Louis Pasteur. C’est plus vrai que jamais.

Francis Wurtz  Chronique publiée dans l'Humanité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article