Climat. Les dessous de l'accord France-Allemagne sur l'énergie

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Climat. Les dessous de l'accord France-Allemagne sur l'énergie

Aux termes de l’engagement entre Emmanuel Macron et l’Allemagne, la France doit fournir du gaz à son voisin en échange d’électricité, l’Hexagone pouvant se trouver dans l’incapacité de répondre à la demande cet hiver, en raison de son sous-investissement nucléaire. Le chancelier Scholz annonce, lui, la réouverture de 27 centrales au charbon très polluantes.

Face à la crise énergétique Emmanuel Macron a annoncé la conclusion d’un accord avec son homologue Olaf Scholz. D’un côté, Paris s’engage à livrer du gaz à l’Allemagne, qui risque d’en manquer cruellement cet hiver, quand, de l’autre, Berlin s’engage à fournir l’électricité qui pourrait venir à manquer à la France « dans des situations de pics de consommation ».

L’affaire est présentée par le président de la République française comme un moyen d’actionner une « solidarité européenne » face à des risques de pénurie d’énergie cet hiver. Un problème qui se fait d’autant plus lancinant que la compagnie russe Gazprom vient de prolonger sa décision de fermer le robinet du gaz qui arrive outre-Rhin par le biais du gazoduc Nord Stream 1.

Un sous-investissement dans la filière nucléaire

Le risque de manque d’énergie, accompagné de potentiels « black-out » – la suspension de fourniture de gaz et d’électricité pour des régions entières –, se pose des deux côtés du Rhin. Pour des raisons qui tiennent à chaque fois à des politiques publiques défaillantes parce que soumises au marché libre de l’énergie, promu de longue date à Paris, Berlin et à Bruxelles.

Pour la France, les difficultés tiennent à un sous-investissement dans sa filière nucléaire. Nombre de ses centrales atomiques ont été mises à l’arrêt ces dernières semaines pour cause de réparations et autres problèmes de maintenance. Le deal macronien s’en accommode, tout en cherchant à s’assurer que la France pourra importer de l’électricité allemande comme elle a commencé de le faire, mais vraisemblablement en bien plus grande quantité pour affronter toutes les rigueurs de l’hiver.

La France s’apprête ainsi à dépendre encore plus de l’électricité produite outre-Rhin à partir du charbon et du lignite, la principale composante (près de 28 % du mix électrique allemand, l’an dernier). L’opération devrait s’avérer d’autant plus calamiteuse pour le climat et les rejets de carbone du couple franco-allemand sur le continent que Berlin vient de décider de rouvrir, d’ici cet automne, quelque 27 centrales utilisant de la houille ou du lignite, le combustible fossile de loin le plus émetteur de CO2.

Un tournant à 180 degrés pour Berlin

Pour l’Allemagne, il s’agit de gérer un autre type d’erreur fondamentale en matière de gestion de l’énergie : celle qui l’a conduite à se placer dans une énorme dépendance au gaz russe (plus de 56 % de sa consommation avant la guerre de Poutine en Ukraine).

Les autorités berlinoises successives ont ainsi fait du gaz naturel, réputé moins polluant, un moyen d’impulser la transition énergétique afin de le substituer peu à peu au… charbon.

La prolongation ou la remise en service de plusieurs centrales a déjà contribué à faire revenir ou à accélérer le rythme de ces excavatrices, insectes de métal géants qui mangent les couches de houille brune dans les mines à ciel ouvert de la région de Cologne ou de l’est du pays, au grand dam des habitants des villages engloutis et des agriculteurs expulsés de leurs terres. Leur retour a fait bondir de 40 % depuis janvier la production d’électricité ultracarbonée outre-Rhin.

Le ministre de l’Économie et du Climat, le Vert Robert Habeck, éprouve les plus grandes peines à justifier ce tournant à 180 degrés alors que les écologistes n’ont cessé de dénoncer, à juste titre, durant la récente campagne des élections du Bundestag, il y a un an, les « dégâts du charbon sur le climat comme sur des forêts ravagées outre-Rhin par une recrudescence de pluies acides ».

Sur la défensive, Habeck fait valoir que la réouverture des centrales ultracarbonées est prévue jusqu’en mars 2024 et serait donc provisoire. Tout en clamant qu’il maintiendra l’objectif affiché par le gouvernement tripartite du chancelier Scholz (SPD, Verts, libéraux) de sortie du charbon d’ici à 2030. Avec une crédibilité voisine de zéro puisque les besoins énergétiques d’un pays ultra-industrialisé comme l’Allemagne devraient rester très élevés. Et le passage effectif à des ressources moins carbonées pourrait s’avérer long et difficile.

S’appuyer sur les potentiels d’EDF

Berlin fait certes déjà figure de champion européen des installations éoliennes et solaires. Mais ces énergies intermittentes ne peuvent fonctionner qu’en s’assurant d’un relais potentiel permanent par des centrales thermiques classiques pilotables, en cas d’absence de vent ou de soleil. D’où la place déjà peu enviable de l’Allemagne comme l’une des principales souffleries de gaz à effet de serre du continent avant même la guerre en Ukraine. D’autant que, insurmontable contradiction avec les objectifs de réduction de CO2, la loi du marché, si chère à la coalition gouvernementale berlinoise, permet à l’opérateur privé le plus compétitif de l’emporter, en l’occurrence celui utilisant du charbon ou du lignite.

Emmanuel Macron et les autorités françaises successives, qui ont impulsé elles-mêmes la mise en place d’un grand marché européen de l’électricité, subissent aujourd’hui tous les inconvénients de leur soumission à une organisation continentale largement inspirée du modèle allemand.

Au point de devoir se gaver d’électricité ultracarbonée en provenance d’outre-Rhin, plutôt que d’en prendre l’exact contrepied. Car, Paris pourrait s’appuyer sur tous les potentiels d’une grande entreprise publique comme EDF pour produire davantage d’électricité nucléaire décarbonée. Par son intermédiaire, pourraient être mis en place des services de salut public pour combattre la précarité énergétique – un fléau pareillement connu en France et en Allemagne – et impulser en grand la transition énergétique, indispensable au combat contre le réchauffement climatique.

Le gouvernement Macron tourne ouvertement le dos à ces objectifs en restant fixé sur des réformes destinées in fine à démanteler l’entreprise publique.

Au point qu’au nom de la bien mal nommée solidarité européenne, il ne lui vient même pas une remarque critique sur le dogmatisme antinucléaire qui conduit Berlin à refuser toujours de maintenir en service ses trois derniers réacteurs après la fin de l’année. Ce qui ne manquera pas d’être compensé par des livraisons françaises de gaz ou… une hausse du recours au charbon et au lignite.

Bruno Odent    Article publié dans l'Humanité