Sur tous les continents, l'action des peuples se fait plus forte

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Sur tous les continents, l'action des peuples se fait plus forte

Au total, 71 millions de personnes ont basculé dans la pauvreté ces trois derniers mois selon un récent rapport publié par l’ONU. Avec l’augmentation du prix de l’alimentation et de l’énergie, l’ONU s’inquiète d’une crise du coût de la vie ayant déjà « fait basculé des millions de personnes dans la pauvreté et même la famine à une vitesse époustouflante ».

Dans le même temps « la menace de troubles sociaux accrus grandit de jour en jour ». La directrice du FMI, Kristalina Georgieva a de son côté alerté au sujet d’une augmentation de la pauvreté et des troubles sociaux si aucune mesure n’est prise pour renforcer la sécurité alimentaire. Et d'ajouter que les difficultés économiques provoquées par la pandémie de Covid-19 ainsi que par la guerre en Ukraine laissent présager pour les prochains mois et prochaines années, une augmentation grandissante des manifestations et révoltes à travers le monde avec un retour des émeutes de la faim dans les pays les plus fragiles.

Les deux institutions ONU et FMI feignent de découvrir ce qui éclate au grand jour depuis le printemps dans le monde entier. En effet, les manifestations contre la vie chère gagnent la majorité des pays et ces organisations du monde capitaliste ont raison de s’inquiéter : les peuples ne s’y résignent pas. Pour beaucoup, la question est celle tout simplement de la survie.

Quand, au Panama « … ils disent que nous sommes des paresseux, que nous ne produisons pas et que c'est pour cela qu'il y a des pénuries », la dirigeante indigène Nayra Chalan en Equateur accuse, elle, les vrais fauteurs de vie chère, le gouvernement du banquier Guillermo Lasso et les multinationales à l’œuvre dans le secteur. On dénombre plus de cinquante pays qui ont connu et connaissent des manifestations contre la flambée des prix de l’alimentation et de l’énergie.

Beaucoup d’entre elles ont été réprimées très violemment, des manifestants ont été tués. Si l’Afrique et l’Amérique latine sont, pour l’heure, les plus affectées par ces affrontements, l’Asie n’y échappe pas, l’Europe non plus comme au Royaume Uni où Elizabeth Truss, la nouvelle première ministre du Royaume-Uni copie les dirigeants panaméens et accuse les Britanniques de ne pas travailler assez.

Il faut envers et contre tout justifier l’inflation galopante sans mettre en cause le système capitaliste. La guerre en Ukraine, les sécheresses et autres changements climatiques font des arguments autrement plus présentables que la corruption, l'impérialisme, la spéculation, la recherche effrénée du profit maximum, le sous-développement entretenu bref, le capitalisme.

C’est bien ce système qui conduit dans le même mouvement à l’appauvrissement extrême et aux fortunes colossales. Les prix des matières premières alimentaires et industrielles ne sont ni fous ni incontrôlables comme tentent de nous le faire croire les « experts », ils sont le produit d’un mode de production et d’échanges parfaitement organisés: celui du capitalisme basé sur l'exploitation de l'Homme par l'Homme.

Tous les pays qui sont en proie actuellement aux mouvements sociaux et aux émeutes relèvent de ce système, du Royaume-Uni à Madagascar, de l’Équateur au Sri Lanka, de l’Ouganda aux Philippines, de l’Espagne à la Corée du Sud etc.

Et c’est ce système qu’il faut dépasser et transformer parce qu’il n’est ni adaptable ni réformable, il porte en lui tous les fléaux qui accablent les peuples à des degrés divers : pauvreté, misère, malnutrition, analphabétisme, famine, guerre, épidémies pour qu’une infime minorité se vautre dans la surabondance et dans des dépenses somptuaires.

Les luttes qui se développent et se multiplient sur tous les continents font grandir la conviction qu’il faut construire une tout autre société et elles affaiblissent le capital.

Il faut donc non seulement les soutenir et les populariser mais aussi les impulser. Les grèves qui éclatent en France pour des augmentations de salaires participent de ce même mouvement qui résiste au capitalisme et aspire à son dépassement, c’est la meilleure façon d’être solidaires de ceux qui se battent pour se nourrir et pour nourrir les leurs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article