Le groupe Stellantis reste sourd aux revendications exprimées dans les luttes !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Malgré ses 8 milliards de bénéfices, le groupe automobile STELLANTIS reste sourd aux revendications des salariés. Les salariés de STELLANTIS ont décidé de se mobiliser face au mépris de leur direction qui se refuse d’ouvrir des négociations sur les salaires.
 

Plus de 5 000 d’entre eux se sont mis en grève depuis le 15 septembre, qu’ils soient d’Hordain, Douvrin, Sochaux, Charleville, Trémery, Borny, Sept-fons, Valenciennes, Caen, Poissy, Mulhouse etc ...c’est la quasi-totalité des sites Français qui connait des grèves.
 

Pour essayer d’enrayer le mouvement de grève, le 27 septembre, la direction centrale a annoncé le versement d’une Prime de Partage de la Valeur (PPV) anciennement appelée "prime Macron" de 1 000 €, pour les bas salaires avec la possibilité de déblocage anticipé des primes de participation et d’intéressement.
 

L’annonce du déblocage anticipé de la participation et de l’intéressement est vécue comme une provocation puisque cet argent, les salariés l’ont déjà gagné et 63% d’entre eux ont déjà débloqué les sommes.
 

STELLANTIS fait partie de ces entreprises qui se refusent à augmenter les salaires exerçant ainsi des politiques salariales toujours plus honteuses !
 

Les salariés ne peuvent pas se satisfaire de simples primes car elles ne remplacent pas une augmentation de salaire et ne sont pas cotisées des mêmes montants. Ce système de prime participe à la dégradation de notre système social : chômage, vieillesse, dépendance, actes de soins, hospitalisation, retraite, etc...
 

Pour les salariés de STELLANTIS on est donc bien loin du compte. Pour autant, cela n’a nullement balayé leur détermination, puisqu’ils poursuivent leur bras de fer face à leur direction.
 

La FTM-CGT apporte tout son soutien aux salariés du groupe STELLANTIS face à leurs dirigeants et aux actionnaires du groupe qui, une nouvelle fois, démontrent que le bien-être et la problématique du pouvoir d’achat de leurs salariés ne font pas partie de le leurs préoccupations.
 

Montreuil, le 4 Octobre 2022

Déclaration de la FTM CGT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article