Non à une motion de censure ouvrant la voie au RN par Nicolas Marchand

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le point de vue de Nicolas Marchand dans le débat qui s’aiguise sur les questions stratégiques posées à la gauche.
 
 
Jean-Luc Mélenchon l’a dit hier soir sur France 2, il rêve de faire tomber le gouvernement et de provoquer de nouvelles élections législatives.
 
 
Eric Coquerel a été clair : « Nous prenons tous ceux qui voudront rejoindre cette motion », de même qu’Alexis Corbière, annonçant un texte de censure « tribunicien » : il « a vocation à être voté par tous les députés ».
 
 
Cette stratégie est dangereuse. Car il est clair que, dans le contexte du rapport de force réel, dans lequel la gauche ne pèse que 30 %, l’extrême-droite, probablement boostée depuis les élections du printemps par le « modèle » italien, est prête à ramasser la mise.
 
 
Les conditions d’une censure progressiste ne sont pas réunies au parlement, et côté mouvement social, ça bouge mais reconnaissons qu’il y a encore du boulot, syndical et politique, pour arriver au niveau d’un mouvement transformateur majoritaire.
 
 
Je pense donc qu’il faut réagir fermement, s’opposer clairement à la dérive aventuriste de Mélenchon et des dirigeants de FI, refuser qu’ils s’expriment au nom de « la Nupes » comme Mélenchon sur la 2, et ne rien faire qui rende possible, sous couvert de s’opposer à Macron, une victoire de l’extrême droite.
 
 
Pour moi cela devrait poser aux députés de gauche, la question du soutien par leur vote à cette stratégie dangereuse.
 
 
Si j’étais député, je choisirais de censurer Macron le 10 novembre dans la rue, je ne voterais pas la motion de censure Mélenchon.
 
Nicolas Marchand
 
xxx
 
Mon point de vue personnel
 
Je partage le point de vue de Nicolas. La situation et les manœuvres de la France Insoumise portées par Mélenchon et son entourage proche sont très dangereuses.
 
Elles donnent l'illusion qu'un rapprochement entre l'extrême droite et la gauche  pourrait faire tomber le gouvernement et obliger Macron à dissoudre et à convoquer des élections législatives !
 
Fou Corbières qui affirme que c'est le seul moyen de construire une nouvelle majorité politique. Or les forces de gauche font 30%. Cela peut donc conduire au pire en ouvrant toutes grandes les portes du pouvoir à l'extrême droite !
 
 
Il faut combattre fermement cette manœuvre comme F. Roussel et A. Chassaigne l'ont affirmé : jamais avec l'extrême droite qui ferait une politique encore plus au profit du capital et des super riches et contre notre peuple comme en témoignent ses votes à l'Assemblée depuis le début de la session parlementaire.
 
 
Tous nos députés communistes et de gauche doivent être clairs-es et se prononcer sans ambiguïté.
 
 
Mélenchon parle au nom du peuple pour mieux le poignarder dans le dos. Ne soyons pas complices de ce forfait, et combattons ses idées populistes et celles de tous les disciples de Mouffe !
 
 
Exigeons que Mélenchon parle en son nom personnel ou au nom de la France Insoumise mais pas au nom de la NUPES car il trompe ainsi de nombreux camarades qui ont pu sincèrement croire à la vertu de cet accord électoral et parlementaire !
 
 
Jean Chambon