André Chassaigne pour une politique extrêmement offensive sur le nucléaire !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

"On a perdu un temps" et une "énergie considérables" sur le nucléaire, a déploré mercredi le chef de file des députés communistes André Chassaigne, en plaidant pour une "politique extrêmement offensive" afin de pourvoir aux besoins en électricité.

 

"On a perdu un temps considérable. Tout simplement parce que pour la majorité, que ce soit avec les socialistes ou avec la République en Marche, il a fallu donner des gages à ceux qui étaient contre l'énergie nucléaire", a déploré le député, lors d'un entretien avec l'association des journalistes parlementaires (AJP).

 

L'"avancée que la France avait au niveau scientifique, technologique, au niveau du savoir-faire, s'est perdue ou atténuée du moins. Il faut une politique extrêmement offensive par rapport au nucléaire", a insisté l'élu du Puy-de-Dôme.

 

La question de l'énergie, déjà prégnante dans les débats budgétaires, va continuer de rythmer les prochains mois à l'Assemblée. D'abord avec l'examen d'un projet de loi sur les énergies renouvelables, puis avec l'arrivée d'un second texte du gouvernement pour accélérer le développement de l'énergie nucléaire, sur lequel les groupes de gauche pourraient avancer divisés, les communistes étant traditionnellement plus favorables au nucléaire.

 

Mercredi, la Première ministre Élisabeth Borne est également venu ouvrir un débat avec les députés sur la politique énergétique de la France.

 

Pour le groupe communiste, le député normand Sébastien Jumel y a plaidé pour un "mix énergétique équilibré, intelligent", entre nucléaire et énergies renouvelables.

 

"Pour les ENR, pas n'importe où, pas n'importe comment, pas avec n'importe qui et surtout pas sans les gens, pas sans les maires et sans le respect des territoires", a-t-il martelé.

 

"Les gros problèmes qu'on a aujourd'hui avec les éoliennes, avec le photovoltaïque en particulier, c'est que ce sont des productions énergétiques qui sont entre les mains de PME, de différentes entreprises, qui vont chercher des implantations qui ne tiennent pas forcément compte de l'intérêt général", a avancé M. Chassaigne.

 

"Je préfèrerais qu'il y ait une maîtrise publique de l'ensemble de la production énergétique et de la distribution dans ce pays, et non pas cet espèce de méli-mélo où l'on fait à peu près tout et n'importe quoi", a-t-il défendu.

 

Sources TV5 Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article