Déclaration à la fin des 34èmes Rencontres Nationales de la Coordination Nationales des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le service public pour l’accès aux soins pour toutes et tous partout

 

La Coordination Nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité a tenu ses 34èmes Rencontres Nationales à Mayenne les 18, 19 et 20 novembre avec la participation de 33 comités issus de 29 départements et de nouveaux en cours de constitution. Elle remercie AUDACE53, le comité de Mayenne, pour la qualité de l’accueil et toutes les personnalités présentes.

 

Face à la désintégration de l’hôpital public, aux difficultés grandissantes d’accès aux soins par manque de professionnel.le.s de santé et suite aux politiques menées depuis plus de 30 ans, les participant.e.s ont travaillé aux conditions d’une meilleure appropriation par les citoyen.ne.s du système de santé et de la Sécurité Sociale.

 

Les concertations promises par le gouvernement dans le cadre du Conseil National de la Refondation sont une fausse démocratie ! Il ne s’agit que d’artifices du Président de la République pour masquer sa responsabilité en la renvoyant vers les élu.e.s locaux, les professionnel.le.s et la population.

 

C’est insupportable. La santé a besoin de financements supplémentaires, plus que ce que prévoit le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2023, que le gouvernement fait adopter à coup de 49.3. Des décisions nationales sont également nécessaires pour assurer l’égalité des citoyen.ne.s dans tous les territoires de la République, en particulier avec la création d’un service public de soins de premier recours.

 

Le samedi après-midi a été consacré à la place grandissante du secteur privé lié aux marchés financiers dans le système de soins, comme par exemple en radiologie ou avec Happytal, pseudo conciergerie des hôpitaux publics. Une concurrence déloyale est faite pour attirer les professionnel.le.s, en particulier médicaux, dans le secteur privé. En cette période de renégociation de la convention entre médecins libéraux et CNAM, la Coordination demande à ce que les intérêts de la population soient prioritaires : un accès aux soins et à la prévention partout, sans dépassement d’honoraires. Une réduction des inégalités de revenus entre spécialités et entre médecins salariés et libéraux est indispensable. La mise en concurrence, c’est aussi celle des conditions de travail. Revenons, pour partager la pénibilité et dans l’intérêt de la population, à l’obligation de participation à la permanence des soins pour tous.

 

Le gouvernement doit aussi entamer des négociations avec les syndicats de médecins salariés : c’est nécessaire pour endiguer la fuite des professionnel.le.s vers le secteur privé, redonner une vraie place à la médecine préventive dans notre pays.

 

Les comités de la Coordination apportent tout leur soutien à la population cévenole qui, devant la démission du secteur privé, revendique que le service public hospitalier reprenne la maternité de Ganges, dont la fermeture constituerait un véritable danger pour les femmes et les enfants. Ils apportent leur soutien à toutes les mobilisations locales pour la défense du service public hospitalier, comme à Champagnole le 26 novembre prochain.

 

La Coordination sort plus mobilisée que jamais de ses rencontres. Elle appelle à l’action le 29 novembre avec les différentes organisations syndicales et collectifs pour la défense d’une psychiatrie humaine.

 

La coordination invite tous ses comités à contribuer au succès des initiatives autour de l’appel « Un nouvel élan pour nos services publics » dont un temps majeur aura lieu les 12, 13 et 14 mai 2023 à Lure en Haute Saône.

 

 

Publié dans santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article