La retraite, un combat civilisationnel par Maud Vergnol

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Si le sujet n’était pas si grave, nous pourrions saluer le génie inventif du pouvoir macroniste pour hisser le cynisme à son acmé. Faute de légitimité pour opérer un recul historique au droit à la ­retraite, l’exécutif déploie des ­trésors d’imagination pour imposer ce retour en arrière social.

 

Après sa valse-hésitation de l’automne, le gouvernement envisagerait ­désormais de le saucissonner en deux textes législatifs. Le pire, soit le report de l’âge légal à 65 ans et l’allongement de la durée de cotisation, serait intégré à un projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificatif qui pourrait être présenté en début d’année. Les pseudo « contreparties » à ces régressions feraient, quant à elles, l’objet d’un projet de loi « classique ».

 

La manipulation est tout aussi grossière que le dévoiement obscène du nom du CNR, dont Emmanuel Macron s’emploie à déconstruire méthodiquement toutes les conquêtes sociales. En réalité, derrière les stratégies politiciennes, le président de la République évite à tout prix de faire de la politique : à savoir assumer un débat civilisationnel, au moment où la place du travail et ses finalités pourraient être au cœur d’une transition sociale et écologique révolutionnaire.

 

Pour éviter d’assumer ses choix ­funestes, le gouvernement assène qu’ « on n’a pas le choix », que chaque « réforme » est une « nécessité » frappée au coin du bon sens. Les Français la rejettent ? C’est qu’ils n’ont pas « compris », qu’il faut faire preuve de « pédagogie ».

 

En réalité, cette contre-réforme des retraites n’est pas plus « nécessaire » que ne l’était celle sur l’assurance-­chômage, une véritable bombe sociale qui va plonger des familles entières dans la misère.

 

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Le régime des retraites n’est ni « à bout de souffle » ni « insoutenable », comme nous l’avons démontré à plusieurs reprises dans ces colonnes. Ce qui est « insoutenable » pour la classe dirigeante actuelle, c’est bien le système ­solidaire pensé à la Libération, qui attribue un revenu à une personne qui n’a pas d’emploi. C’est cela que le capitalisme veut enterrer, pour livrer nos retraites aux douces lois du marché.

Publié dans Protection sociale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article