Soitec en Isère. Un petit coup pouce unilatéral de la direction sous forme de prime Macron !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

 

La direction n'entend qu'en partie la CGT SOITEC en distribuant une Prime de Partage de la Valeur !  Cela fait plusieurs mois que la CGT Soitec demande, en vain, à la Direction une négociation avec l’ensemble des organisations syndicales concernant le pouvoir d’achat des salariés dans cette période où la hausse des prix attent sur un an + 6.2%.

 

Lors du CSE du 26 octobre, la direction a annoncé son intention de verser la Prime de Partage de la Valeur (PPV). Si la CGT apprécie qu’une partie significative des salariés (78%) puissent bénéficier d’une hausse de leur pouvoir d’achat et que la Direction ait enfin tenu compte de ses relances. Néanmoins elle reste sur sa faim quant à la méthode employée.

 

En effet, la DECISION est UNILATERALE de la direction. Sans réelle négociation, cela témoigne d’une vision étriquée du dialogue social alors qu'une intervention récente d'Elisabeth Borne concernant l’inflation et l’augmentation des salaires : « C’est du dialogue social que viendra la réponse (...). Le dialogue social j’y crois profondément mais le dialogue social c’est se mettre autour de la table. » On est d’accord ! Il est vrai que madame Borne n'est que 1ère ministre et la Soitec une entreprise qui a des pouvoirs bien supérieurs. Pour elle, le politique doit exécuter ce que les entreprises  veulent et décident. Système capitaliste oblige ! Mais jusqu'à quand ?
 

Après cette annonce, la CGT Soitec a demandé d’étendre cette prime à l’ENSEMBLE des salariés à hauteur de 1500 euros ce que la direction a refusé (à ce jour). "Te donner une miette je veux bien mais la baguette nenni !"
 

En ouvrant une négociation, la direction savait que la CGT Soitec revendiquerait une augmentation des salaires de TOUS les salariés qu'elle aurait mobilisés car de notre temps on a rien sans rien.  La peur a t-elle saisi la direction ? D’où son choix de « passer en force ». Et pour cause, le SMIC a augmenté de 8% sur les 12 derniers mois ce qui veut dire que lorsque l’on considère les salaires, en plus de perdre du pouvoir d'achat (cf. augmentations NAO 2022 VS inflation 6,2%), la grande majorité des salariés de Soitec est rattrapée par le salaire minimum.
 

QUE L’ON NE S’Y TROMPE PAS ! C’est bien par l’augmentation des salaires bruts & leur indexation sur l’inflation que l’on peut faire face socialement à cette situation économique dégradée qui va durer. Le glissement insidieux vers la promotion de ce type de primes au détriment du salaire est un vrai danger pour les salariés et notre modèle social*.

 

En effet, ces primes, complètement exonérées de cotisations sociales et qui ne sont pas pérennes, n’ouvrent aucun droit et sont exclues du calcul des indemnités de congé maladie ou de maternité, des pensions de retraite et des allocations de chômage.

 

Celles et ceux qui, au sein de l’élite politico-médiatique, nourrissent cette appétence pour ces « primes ponctuelles exonérées et aléatoires » tout en criant au feu à propos des dysfonctionnements de nos hôpitaux publics, les déficits de l’Etat ou du régime des retraites (prêt·e·s pour 65 ans en 2031 ?!) sont clairement des pompiers pyromanes !
 

C’est pour toutes ces raisons que la CGT Soitec a d’ores et déjà annoncé à la Direction la nécessité de ne pas attendre juin 2023 pour négocier nos prochaines augmentations salariales. L’implication de toutes et tous sera incontournable face à cette direction et pour la faire lâcher ce qu'elle doit à celles et ceux qui créent les richesses !!!
 

Lors du CSE du 10 novembre et comme le prévoit la loi, les élu.e.s CGT SOITEC au CSE seront consulté.e.s concernant la mise en place de cette prime. La CGT Soitec a donc entrepris la consultation des salariés. (Donc à suivre)
 

* pour aller plus loin : « Le travail ne paie pas / Des primes qui minent le modèle social français». Monde Diplomatique. Septembre 2022

Sources : CGT et syndicat

Publié dans Social, Industries, Région

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article