Résultats en hausse chez Sanofi : Ils préfèrent rémunérer ceux qui profitent que ceux qui travaillent !

Publié le par Les communistes de Pierre Bénite

Le groupe pharmaceutique enregistre des bénéfices supérieurs à ses espérances et va augmenter les dividendes versés aux actionnaires.

 

Un pactole, mais pour quelques privilégiés seulement. Le géant pharmaceutique français Sanofi publie ce vendredi des résultats 2022 en forte hausse, qui témoignent comme l’année précédente de sa bonne santé financière. Bénéfice net des activités ? +26%, à 10,34 milliards d’euros. Bénéfice net par action des activités ? +17,1% à taux de change constants, davantage que l’objectif fixé par l’entreprise.

 

Des “progrès” dont s’est félicité Paul Hudson, le directeur général britannique du groupe qui emploie 100 000 personnes à travers le monde et affiche un chiffre d’affaires de 42,3 milliards d’euros.

 

A qui vont bénéficier ces nouveaux profits ? Sanofi annonce vouloir proposer le versement d’un dividende de 3,56 euros, contre 3,33 euros par action pour l’exercice précédent - ce qui reviendrait, selon des calculs effectués par l’AFP, au versement au total de plus de 4,4 milliards d’euros à ses actionnaires. 

 

Des hausses de salaire limitées à 4%

 

Les salariés, eux, devront attendre. Cet hiver, ils ont échoué à obtenir des augmentations conséquentes de salaire, en dépit de l’inflation et d’un mouvement de grève intersyndicale “ historique” qui a duré un mois et s’est étendu sur une quinzaine de sites en France. Alors que la CGT réclamait 10% d’augmentation collective, la direction a consenti seulement à une hausse de 4 % du salaire de base et à l’octroi d’une prime de partage de la valeur de 2 000 euros versée lors de ce mois de décembre.

 

Au passage, elle a engagé des procédures disciplinaires pouvant aller jusqu’à licenciement contre plusieurs acteurs de la mobilisation, accusés d’actions “ illicites [qui] ont pu empêcher [certains sites] de pouvoir continuer à fonctionner normalement et perturber la fabrication et la livraison de médicaments et vaccins essentiels pour les patients”.

 

"Hémorragie d'argent public"

 

Sanofi préfère rémunérer ceux qui profitent que ceux qui travaillent”, regrette Jean-Louis Peyren, le coordinateur CGT du groupe. Le syndicaliste dénonce les “ chiffres en trompe-l’oeil” d’une entreprise “ en manque d’innovation”, faute d’investissement dans la recherche, et qui tire l’essentiel de ses profits de son médicament phare, le Dupixent, qui lui a rapporté près de 8,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur l’année.

 

Et Jean-Louis Peyren de s’interroger sur le bien-fondé du soutien de l’État à une entreprise qui a fermé plusieurs centres de recherches et de production et supprimé près d’un tiers de ses effectifs depuis 2008, alors même que son chiffre d’affaires progressait.

 

Entre le plan 2030 et les crédits d’impôt, Sanofi va encore économiser plus d’un milliard d’euros sur cinq ans grâce à l’Etat, estime-t-il. Cet argent va servir à augmenter la rémunération des actionnaires. Il faut stopper cette hémorragie d’argent public.”

 

Samuel Ravier-Regnat   Article publié dans l'Humanité

Publié dans santé, Industries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article