Les candidats du PCF de la 12ème circonscription du Rhône pour les législatives 2017 à l'offensive

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

C'était l'évènement du week-end de la 12ème circonscription du Rhône. Bertrand Mantelet et Maud Millier sa suppléante, candidats à la législative de 2017 sont rentrés en campagne.

Cela s'est passé le 13 novembre au matin lors d'une assemblée citoyenne de la circonscription où plus de 70 camarades, amis, sympathisants, syndicalistes et militants du mouvement associatif étaient présents pour assister à la présentation des deux candidats présentés par le parti communiste : Bertrand Mantelet et Maud Millier.

Le député de droite sortant (Les Républicains) Michel Terrot ne se représentant pas, sa succession est donc grande ouverte.

L'occasion est donnée aux électeurs de la 12ème circonscription de faire un choix novateur, radical et rassembleur en soutenant et en votant pour deux candidats jeunes, salariés, engagés qui sont d'abord les candidats des travailleurs, des plus humbles, des retraités, de toutes celles et ceux qui souffrent au travail et dans la vie, pour agir et conquérir avec elles et eux à l'Assemblée Nationale des réponses sociales, démocratiques et progressistes en rupture avec la logique de l'austérité mise en oeuvre lors des deux quinquennats successifs de Sarkozy et de Hollande qui ont conduit au chômage de masse, à la paupérisation des français, à un accroissement des inégalités en tous domaines alors que les profits des groupes et les dividendes de leurs actionnaires ne cessaient de battre des records.

De gauche à droite: Maud Millier candidat suppléante, Jean Chambon responsable local du PCF, Bertrand Mantelet candidat titulaire et Jean Marc Durand membre du CN du PCF

Jean Chambon responsable local du PCF a fait les présentations et a ouvert l'Assemblée.

Outre les deux candidats était présent à la tribune Jean Marc Durand membre du Conseil National du PCF et membre de la section économique du PCF. Il clôtura l'assemblée en apporta son éclairage sur les enjeux et défis posés à notre peuple lors des prochaines élections et a mis en avant quelques grandes réponses politiques mises en débat par les communistes.

Il est regrettable que les médias pourtant invités (AFP-Le Progrès-FR3) n'ait pas dénié être présents. Ils continuent leur désinformation concernant les initiatives communistes et jouent le jeu du scénario qu'ils ont établi d'avance à savoir la présence au second tour de la présidentielle 2017, de la droite et de l'extrême droite.

D'entrée Jean rappela à l'assemblée qu'il y a un an avait lieu le terrible attentat du BATACLAN, du stade de France qui fit 90 victimes.

L'année 2016 fut terrible. Ces attentats visaient à provoquer la peur et à nous faire accepter la remise en cause de notre mode vie ancré dans les valeurs républicaines. Derrière le Bataclan suivirent le 14 juillet l'attentat de Nice et le 26 juillet l'horrible crime de Saint Etienne du Rouvray.

Malgré une pression idéologique intense, notre peuple a tenu le choc. Il a refusé de se laisser entrainer dans l'esprit de revanche et dans la logique de guerre sur fond d'islamophobie. Au contraire il a réaffirmé son exigence de paix. Il a refusé et refuse toujours l'état d'urgence et la déchéance de nationalité.

Il a réaffirmé vouloir un meilleur vivre ensemble dans le respect de chacune et chacun, de ses origines, de ses croyances, de son mode de vie et son attachement à la laïcité qui constitue un fondement de notre république garant des libertés individuelles et collectives.

En hommage aux victimes des attentas du Bataclan une minute de silence a eu lieu avec une pensée tournée vers les familles des victimes.

Jean Chambon présenta ensuite l'exposition sur le Front Populaire traduit par beaucoup comme le début des "jours heureux". Il souligna que 80 ans après cette page historique de notre peuple, les réformes conquises à l'époque étaient toujours aussi modernes. Il remercia l'I.H.S du Rhône d'avoir prêté leur réalisation qui articule étroitement les évènements de portée nationale et leur concrétisation au niveau local. Il rappela les trois grandes phases:

1) En mars 1936 la réunification de la CGT ;

2) En mai 1936 la constitution du Front Populaire par les forces de gauche qui remporteront les élections législatives et seront majoritaires à l'Assemblée Nationale ;

3) Dès le lendemain de ces élections, l'extension du mouvement social qui sera fort de 10 millions de grévistes. Il conduira aux accords de Matignon avec la création des délégués du personnel, la revalorisation des salaires de 7 à 15%, les 2 premières semaines de congés payés, la création du contrat collectif de travail...etc.

Les travailleurs ont su allier vote politique et mobilisations afin que cette victoire politique se concrétise par des avancées sociales, progressistes et démocratiques concrètes et immédiates, et ne soient pas seulement des promesses.

Jean a souligné que c'est une période que nous devons mieux connaître, que nous devons mieux faire connaître notamment aux jeunes générations car dans les domaines du social et des libertés rien ne fut jamais donné, rien ne tomba du ciel, tout fut arraché au patronat et au pouvoir en place! C'est ce qui fit dire à Ambroise Croizat, qu'il n'y a pas d'acquis sociaux mais des conquis sociaux.

De ce point de vue l'union et le rassemblement ont toujours été des facteurs conduisant aux victoires. Si l'union a toujours été un combat, il faut noter que sa réalisation peut aller très vite quand les travailleurs et les citoyens en font leur affaire et interviennent. Au printemps 1934, alors que les ligues fascistes font monter la pression sur la société, les forces de gauche sont profondément divisées. Pourtant face au danger, quelques mois après, ce sont l'unité syndicale, l'union politique avec le Front Populaire qui triomphent.

Jean a introduit ensuite le débat en rappelant les décisions de la conférence nationale du PCF tenue le 5 novembre qui a débattu des enjeux électoraux de 2017 : présidentielle, législatives et sénatoriales.

Composée de la direction nationale (CN), des secrétaires des fédérations du PCF et de délégués représentants des adhérents, la conférence était composée de 535 communistes.

Elle s'est rassemblée sur une résolution adoptée à 94% dans laquelle sont précisés les enjeux de 2017. La conférence refuse le scénario que l'on essaie d'imposer à notre peuple à savoir la présence au second tour de la présidentielle, de la droite et de l'extrême droite avec une possible élection de M. Le Pen et dans la foulée une Assemblée Nationale bleue et noire avec la participation de députés de gauche réduite à la portion congrue et sans influence politique réelle.

La conférence a considéré que rien n'était joué, que beaucoup de choses allait bouger dans les semaines à venir et que nous devions être à l'offensive pour mettre en échec le scénario pré-établi et ouvrir une voie à une politique de gauche nouvelle et progressiste en rupture avec l'austérité et la remise en cause systématique des acquis sociaux et démocratiques de notre pays et de notre peuple connue avec Sarkozy et Hollande qui n'ont fait qu'aggraver la situation. Elle a cerné les conditions à remplir :

1) Développer l'intervention citoyenne et les luttes en tout domaine du local au mondial en intégrant le national et l'Europe. Un mouvement porteur des propositions de transformations radicales et ayant pour objectifs de répondre aux besoins sociaux, de s'attaquer à l'argent et à son utilisation, de promouvoir le développement des services publics et de conquérir des pouvoirs nouveaux dans l'entreprise, la cité, le pays et l'Europe.

2) Travailler inlassablement au rassemblement des forces de gauche, politiques, sociales, écologiques et de progrès qui combattent l'austérité et veulent construire ensemble un pacte d'engagements communs pour la présidentielle et les législatives de 2017.

3) Adopter une démarche commune, dans le respect de chacun, pour porter ensemble ce pacte d'engagements communs avec des candidatures communes tant à la présidentielle qu'aux législatives. La conférence a adopté un projet de pacte qui porte les propositions communistes et celles issues de la grande consultation citoyenne dont un résumé complété des résultats locaux issus des 193 participants ayant rendu leur questionnaire rempli à été projeté par vidéo.

Depuis le début de l'année, le PCF n'a pas ménagé ses efforts et les initiatives pour cette construction commune. L'idée du rassemblement a fortement progressé et correspond à une demande forte des gens de sensibilité de gauche, des travailleurs et des citoyens.

Jusqu'à présent ces efforts n'ont pas encore abouti. Si des choses progressent comme le travail de l'appel des cents qui s'est réuni hier, par contre on a vu se multiplier les candidatures avec celle de Poutou (NPA), la primaire des écologistes désigner au final Jado, de puis plusieurs mois Mélenchon s'est lancé seul dans l'aventure avec son nouveau parti "La France Insoumise", Ensemble consulte ses adhérents sur le choix à faire, les Frondeurs du PS en désaccord avec la ligne gouvernementale sont au moins quatre à être engagés dans la primaire socialiste en janvier, taillée sur mesure pour Hollande ou Valls.

Malgré cet éparpillement, la conférence à décider de ne pas se résigner et à appelle à multiplier les initiatives pour faire bouger cette situation, comme nous le faisons aujourd'hui.

Cela est possible, mais ne saurait se réaliser en l'absence des idées et des propositions communistes. C'est pourquoi elle a décidé très majoritairement de ne plus attendre et d'opter pour une candidature de rassemblement issue de nos rangs (55%). Cette candidature serait rétractable si le rassemblement aboutissait et proposait une candidature gage d'une réelle dynamique et d'un rassemblement encore plus large.

Cette position a été confortée par le refus de Mélenchon à toute démarche de rassemblement, son refus de discuter, son exigence d'imposer une charte pour les législatives qui oblige chaque candidat à lui faire allégeance pendant la campagne électorale et demain en tant qu'élu, son programme qui tourne le dos à l'Humain d'Abord dans nombre de domaines démontrent qu'il limite l'ambition de sa candidature à arriver devant le candidat socialiste au 1er tour et à laisser la droite et l'extrême droite se disputer seules la victoire à la présidentielle.

Enfin la conférence a décidé de lancer dès maintenant la campagne des législatives. A partir d'aujourd'hui nous rentrons en campagne avec Bertrand et Maud notre binôme de candidats proposés au rassemblement sur notre circonscription.

Les adhérents de notre parti se prononceront les 24 et 25 novembre sur les options que je viens de vous rappeler.

Les candidats du PCF de la 12ème circonscription du Rhône pour les législatives 2017 à l'offensive

Bertrand Mantelet et Maud millier, nos candidats se sont ensuite présentés.

Bertrand est secrétaire de la section d'Oullins du PCF, il est élu à la Oullins, il est formateur et père de famille.

Maud a 38 ans, elle est membre du collectif de direction de la section de Pierre Bénite du PCF. Mère de famille, elle milite au syndicat CGT de l'énergie du Rhône.

Ils ont remercié les camarades de la circonscription de leur faire confiance et vont s'engager à porter pendant la campagne les idées et propositions communistes et notamment celles comprises dans le projet de pacte d'engagements communs devenu 'La France en commun"

Ils ont été choisi pour porter les valeurs du PCF aux élections législatives.  Ces candidatures seront validées par la Direction nationale le 14 janvier.

Nos deux candidates sont unis par "l’ambition de placer «l’Humain d’abord» au cœur de leur projet  politique, ils sont déterminés à rassembler largement les Rhône-Alpins présents sur la 12ème circonscription du Rhône déçus des politiques d'austérité pratiquées depuis plus de 10 ans et pour construire avec eux une réelle politique de gauche" ont-ils souligné dans leur intervention.

Dans le prolongement de la grande consultation citoyenne organisée par le P.C.F, ses candidates et candidats feront de l’intervention populaire et de la promotion des luttes sociales, le cœur de leur démarche et de leur projet politique. Ils porteront le programme du P.C.F. «La France en commun» bâti autour de sept grands axes  rendus publics depuis quelques semaines.

1 : Prendre le pouvoir sur la finance.
2 : Investir pour l’emploi et le développement de chacun-e.
3 : L’égalité femmes-hommes maintenant !
4 : Une France protectrice et solidaire.
5 : Produire autrement.
6 : De la nouvelle République au renouveau de la politique.
7 : A l’offensive pour changer l’Europe.

Bertrand et Maud sont attachés aux valeurs de paix, de solidarité, de justice sociale. Elle et il seront des députés utiles à notre peuple et disponibles pour les habitants de la 12ème circonscription.

Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.
Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.

Maud Miliier, René Guillot, Bertrand Mantelet, Jean Pierre Ferrandes, Jean Claude Vaslet, Jean Chambon et Jean Marc Durand sont intervenus dans le débat.

Le débat a vu plusieurs intervenants soutenir avec enthousiasme les candidatures présentées et faire le lien entre leur engagement citoyen, communiste et syndical, les défis posés à notre pays, aux travailleurs et les luttes présentes sur le territoire dans la chimie, dans l'énergie, dans la santé et notamment la lutte pour le maintien de l'Hôpital Henri Gabrielle à Saint Genis Laval.

Concernant la santé, plusieurs interventions sont revenues sur la question de fond du financement et de l'enjeu que représente la cotisation sociale, c'est à dire un financement dès l'entreprise sur les richesses créées par les travailleurs.

Depuis 70 ans, le patronat et la droite, et maintenant les sociaux libéraux rêvent de casser ce formidable outil solidaire qu'est la Sécurité Sociale et son mode de financement et transmettre le "marché" correspondant aux assurance privées. Au travers les luttes pour l'emploi dans les Hôpitaux, pour les investissements dans la santé, ce sont toujours ces questions qui font l'objet d'affrontement.

Bertrand Mantelet dans une seconde intervention a fait part de sa volonté d'être le candidat du rassemblement de la vraie gauche, celle qui n'a pas rompu avec les valeurs de gauche, celle que l'on retrouve toujours aux côtés des travailleurs en lutte, à l'assemblée nationale pour résister à la casse de notre modèle social. Il serait en effet dommageable que les candidatures de la  gauche anti-austérité se multiplient laissant un espace ouvert à la droite et à l'extrême droite.

Bertrand a donc renouvelé son appel à confronter les programmes et à construire du commun qui pourrait déboucher sur une candidature de rassemblement sur la circonscription sans rien lâcher sur le sens profond de la politique nouvelle à mettre en oeuvre pour répondre aux formidables attentes des travailleurs, des électeurs de gauche qui sont nombreux à être déçus de la politique de Hollande qui les a trahis tout au long de ces 5 années.

Jean Marc Durand, membre du Conseil National du PCF a conclu le débat. Il a souhaité bonne chance aux candidats communistes qui auront l'appui des communistes. Il a insisté pour bien tenir la cohérence de nos propositions : s'attaquer véritablement au pouvoir de la finance pour créer des richesses nouvelles afin d'avoir les moyens de notre politique c'est à dire qui réponde aux formidables demandes sociales de notre peuple et aux défis posés à notre pays que l'on ne relèvera pas sans un vaste plan de développement de nos services publics, sans la reconquête de nos activités industrielles et sans de nouveaux droits d'intervention des salariés dans la gestion des entreprises.

Une centaine de personnes se sont rendues ensuite au bar pour prendre l'apéritif ensemble.

Les candidats du PCF de la 12ème circonscription du Rhône pour les législatives 2017 à l'offensive
Les candidats du PCF de la 12ème circonscription du Rhône pour les législatives 2017 à l'offensive

Publié dans Législatives 2017

Commenter cet article