Macron place ses amis dans les cabinets ministériels. Des énarques formatés au néolibéralisme et à l'autoritarisme!

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Macron place ses amis dans les cabinets ministériels. Des énarques formatés au néolibéralisme et à l'autoritarisme!

Derrière l'élection de Macron et derrière la nomination du 1er ministre et de son gouvernement de droite, la partie de chaises musicales a duré dix jours pour désigner les chefs de cabinet des ministres et nommer les conseillers. La liste a été rendue publique en fin de semaine dernière dans le journal "le Monde".

A l'examen des profils des heureux nommés, c'est la douche froide ou le nouveau couac de Macron!

Beaucoup d'amis, il faut bien récompenser les services rendus aux fidèles de la 1ère heure, mais surtout essentiellement des hommes (oublié l'égalité homme/femme), tous rompus à l'exercice du pouvoir politique dans la haute administration de manière affichée pour certains et plus discrète pour d'autres.

Des hommes politiques de confiance formatés à l'ENA pour l'essentiel ou d'autres grandes écoles réputées pour sortir les générations dont le capital a besoin pour son renouvellement et pour pérenniser ses dominations.

La caractéristique politique de ces nominations est que tous ont une donnée commune forte, c'est leur engagement sans réserve pour gérer une phase nouvelle du néolibéralisme (liberté totale pour le capital à l'échelle internationale) qui passe par une financiarisation accrue de l'économie, une remise en cause radicale de notre pacte national fondée sur les acquis sociaux, les services publics, l'égalité et la souveraineté du pays et par un autoritarisme sans limite.

Ce dernier est compréhensible et cohérent, puisque les reculs vont être si terribles qu'ils vont générer contestations, oppositions et mobilisations, il faut donc, pour le capital et Macron, aller très vite pour prendre de vitesse les mobilisations, ne pas s'éterniser avec les représentants du peuple à l'Assemblée Nationale dans des débats parlementaires qu'ils jugent stériles, quitte à banaliser l'usage du 49/3 ou des ordonnances, et gérer les contestations avec une répression systématique.

Macron pendant des semaines, nous a baratiné sur le "faire autrement" pour faire accepter l'amplification d'une même logique au service du capital contre le travail, les travailleurs, les créateurs et la culture. Ces nominations sont caractéristique de cette énorme esbroufe, disparition du clivage gauche-droite, qui permet d'estomper la réalité des choix de classe que la finance tente de nous imposer avec ces représentants placés au coeur du pouvoir.

Le rapport capital-travail est donc plus jamais d'actualité. A ce jour le capital à tous les pouvoirs (économique, financiers, médiatiques et institutionnels) on peut même se risquer à parler du "coup d'état" qu'il a réussi avec l'élection de Macron, son plus fidèle représentant, et maintenant ses chefs de cabinets qui vont passer au peigne fin, les projets de lois et toutes les nominations, car pour le capital et Macron pas question d'avoir la moindre fausse note.

Il faut donc placer les fidèles et avoir des hommes et des femmes sûrs, prêts à tout pour mener la guerre de classe au peuple voire aux plans européen et international s'il le faut. La Russie est de ce point de vue le bouc-émissaire désigné qui justifie une augmentation du budget consacré pour la fabrication des armes, enrichir les marchands de canons, construire l'armée européenne et accroître les peurs. Cela est ignoble surtout quand le pays manque de tout, dans les services publics et dans les territoires pour faire face aux besoin grandissants des populations.

Macron est certainement le président le plus dangereux qui ait été élu au cours de ces trente dernières années. Il peut avoir un visage d'ange naïf mais sa main est dans un gant de fer et la guerre a toute sa place dans sa logique.

Pour autant, bien que le combat soit âpre, ne désespérons pas, il est possible de tout changer si les gens ne se laissent pas embobiner par la gueule d'ange du nouveau président et par ses phrases creuses pour justifier l'impensable et l'impossible, et se mobilisent puissamment y compris durant tout l'été.

La première des choses à faire est de combattre l'idée très dangereuse de l'état de grâce. Dans la lutte des classes, il n'y a pas d'état de grâce, le capital sait nous le rappeler en permanence. Pas d'état de grâce donc, tout le monde connait le programme très clair de Macron et de la finance, tout le monde est averti. Sans attendre, il faut donc des luttes rassembleuses, au contenu exigeant construit avec les gens.

Au 1er tour de la présidentielle, 55% des électeurs ont rejeté le néolibéralisme, Macron n'a été élu que pour battre l'extrême droite, il est donc élu par défaut. Sa politique n'a donc aucune légitimité, puisque seulement 15% de ses électeurs disent partager son projet ! Il faut donc l'empêcher de l'appliquer et mener le combat pour d'autres réponses aux problèmes de la France et des gens comme le proposent les communistes avec leur programme "La France en commun" que la campagne des législatives a permis de populariser.

Pour cela, la seule priorité du moment est de ne pas donner à Macron de majorité à l'Assemblée Nationale et d'élire des députés communistes et du Front de Gauche en grand nombre qui se battront avec détermination en multipliant les actes de défense, et dans le même mouvement seront utiles à la construction d'une vraie alternative politique afin de répondre aux besoins fondamentaux de notre peuple et de notre pays tout en générant les luttes nécessaires!

Publié dans Politique nationale

Commenter cet article