Nicolas Bonnet Ouladj. La fermeture de la Maternité des Bluets serait une catastrophe pour les parisiennes et les parisiens.

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Nicolas Bonnet Ouladj. La fermeture de la Maternité des Bluets serait une catastrophe pour les parisiennes et les parisiens.

La Haute Autorité de Santé vient de rendre une décision grave, brutale et lourde de conséquences pour les parisiennes et les parisiens, en décidant de retirer son accréditation à la Maternité des Bluets.

Il est inadmissible que du jour au lendemain une telle décision remette en cause l’existence même de cette maternité de l’est parisien.

Cette maternité a une belle et grande histoire, berceau de la méthode de l’accouchement sans douleur dans notre pays. Sa réputation dépasse largement le territoire du 12ème arrondissement où elle est implantée.

Il paraît impensable que les reproches qui sont fait débouchent sur une telle sanction avec des conséquences graves pour le personnel, les familles et les enfants. La logique de concentration des établissements de naissance va-t-elle faire une autre victime après la fermeture de la maternité Saint Antoine dans le 12ème ?

Seule les « usines à bébés » auraient un avenir ?

Je ne peux croire que certains utilisent les difficultés de gestion de la maternité pour rayer d’un trait de plume un établissement fondé par la CGT en 1947.

Une maternité ne peut pas être instrumentalisée à des fins de règlements de compte politiques. La fermeture de cette maternité serait une catastrophe pour les parisiennes et les parisiens. J’en appelle à la responsabilité de chacun des acteurs dans ce dossier, et à la mobilisation des usagers parents, personnels et élus parisiens pour défendre l’avenir de la Maternité des Bluets.

Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe PCF/FDG au conseil de Paris

Conseiller du 12e arrondissement de Paris.

Publié dans Social

Commenter cet article