Mélenchon très probable au second tour, Le Pen et Macron continuent de reculer dans les sondages

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Mélenchon très probable au second tour, Le Pen et Macron continuent de reculer dans les sondages

Jean-Luc Mélenchon continue d'afficher une dynamique très favorable dans les intentions de vote, il est quasiment à égalité avec Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui reculent dans les sondages.

Jean-Luc Mélenchon est optimisme. Le candidat de la France Insoumise, qui est loin de l'extrême-gauche occupée par Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, comme tentent de le faire croire ses adversaires les plus malhonnêtes, dit être sûr de se qualifier pour le second tour. "Quand je me présente à une élection, c'est pour la gagner", assène-t-il. "Je saurai exactement par quel bout commencer (...)", affirme t-il.

Celui qui s'impliqua dans le Front de gauche a effectué ces dernières semaines une progression régulière et forte parmi les intentions de vote et aussi en côte de popularité.

Cela se fait au détriment du candidat socialiste, Benoît Hamon marqué par le bilan du quinquennat dans lequel il fut ministre et d'Emmanuel Macron qui lui, propose d'amplifier la politique de droite de ces 5 dernières années comme il vient de le démontrer ce lundi 17 avril au J.T de 20h de TF1 . Le jeune représentant de la finance essaie, en pure perte, de faire oublier qu'il est l'un, voire l'instigateur de la politique menée sous l'ère Hollande.

Chacun a en tête le rôle de premier plan qu'il a joué pour le travail du dimanche, pour la loi El Khomri, pour la privatisation des aéroports, pour le blocage des salaires dans la fonction publique et des pensions, pour la réduction des dotations aux collectivités qu'il propose de diminuer de 10 milliards supplémentaires, sans négliger les 120 000 emplois de fonctionnaires qu'il veut encore supprimer !  

A une semaine du premier tour, Jean Luc Mélenchon est crédité de 20%, devance le candidat François Fillon et fait jeu égal avec Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui reculent.

"J'ai de quoi faire cinq, six gouvernements avec des gens qui sont dans tous les métiers et parfaitement capables de diriger l'Etat", assure dans Le Parisien Jean-Luc Mélenchon. Il promet d'interdire le travail précaire "partout où c'est possible", de rétablir la retraite à 60 ans, de renforcer la progressivité de l'impôt sur le revenu en créant 14 tranches et d'abolir "la monarchie du Medef".

Il propose aussi de supprimer les brigades anticriminalité (BAC) "imprégnées d'une mentalité de cow-boys" et de rétablir la police de proximité. En matière européenne, il veut un nouveau traité, notamment pour favoriser l'harmonisation sociale et fiscale en Europe.

Lundi, jour férié, le candidat le plus novateur en matière de communication a fait campagne sur une péniche, de Bobigny à la bibliothèque François Mitterrand à Paris, pendant que Macron, tenait meeting à Paris où la participation fut médiocre et très loin de celles réalisées par J.L. Mélenchon à Marseille, Lille ou Toulouse où une jeunesse attentive et de plus en plus engagée s'est rassemblée massivement!

Ainsi jour après jour, rien ne semble pourvoir arrêter Jean Luc Mélenchon qui apparaît pour beaucoup être le vote nécessaire pour tourner résolument le dos aux deux quinquennats précédents et répondre aux demandes des Français en termes d'emploi, de pourvoir d'achat, de retraite, de sécurité, d'environnement. Et comme le financement de son programme est clair, cohérent et équilibré, sa crédibilité ne cesse de progresser.

La perspective d'un second tour où il affronterait Marine Le Pen, dont il sortirait vainqueur à 58% inquiète les marchés financiers et les investisseurs, il y a là rien de surprenant pour le candidat Mélenchon qui est le seul à être décidé à lutter contre la finance pour faire du social. N'est ce pas la lutte des classes!

Le 17 avril 2017

Publié dans Présidentielle 2017

Commenter cet article