100% de productions énergies renouvelables -ENR- une ineptie !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

100% de productions énergies renouvelables -ENR- une ineptie !

La réalité a la vie dure, d'abord le capitalisme qui est à l'origine des dégâts sociaux et sociétaux considérables, incapable d'apporter des réponses à sa propre crise et ensuite le risque révélé et bien réel de connaître un blackout électrique du à un manque d'électricité si l'hiver devenait plus rigoureux comme cela semble s'annoncer en février.

Dans la France du 21ème siècle on ne produit plus assez d'électricité suite à la politique suicidaire menée par les gouvernements successifs qui ont suivi aveuglément à la fois le lobby Vert (chasse à la production d'énergie nucléaire civil et fermetures de plusieurs centrales indispensables à la société et notre souveraineté, et chasse à la croissance y compris vertueuse), le néolibéralisme de l'Europe obsédée par la force et l'efficacité du service public EDF à fournir une énergie propre, décarbonée et peu chère, qui faisait de l'ombre au privé qui voit dans le démantèlement d'EDF une nouvelle source de profits et une intense bataille idéologique pour faire croire qu'il serait possible de compenser avec les Energies Renouvelables (ENR) la production électrique fournie par le nucléaire civil.

L'argument ne tient même pas quand il y a du vent (éolien) et quand il y a du soleil (solaire), alors quand les deux viennent à manquer, notamment l'hiver et en automne, patatras, c'est la catastrophe !  Sortez les bougies, les planches à laver, restez chez vous car les usines et les hôpitaux ne peuvent plus fonctionner ! Une grande modernité et dire que nous sommes au 21ème siècle !

Bien évidemment, il ne s'agit pas ni d'un malentendu, ni d'erreur mais tout simplement d'un refus de prendre en compte la réalité et en premier lieu la nature et surtout l'incapacité des hommes à faire du vent, de la pluie et du soleil. Madame nature a la vie dure et tient encore a décider seule quand elle fera du vent, de la pluie et du soleil.

Alors imaginer que ces énergies renouvelables pourraient remplacer 100% de la production actuelle et fournir la même quantité d'électricité qu'aujourd'hui la société consomme, sans plus aucune production nucléaire, il ne s'agit plus d'un malentendu mais d'une grosse ineptie !

Il faut donc revenir sur terre, avec les deux pieds par terre et la tête sur les épaules et non dans les nuages.

Continuer à affirmer cette ineptie des 100%, ne vise qu'une chose, celle d'empêcher que les décisions qui urgent soient prises au plus vite, avant la catastrophe ! Comme par exemple, le lancement immédiat de la construction de nouveaux EPR. Et pour éviter des black out à répétition, nous serons même contraints de construire en urgence des  centrales émettrice de CO2 (gaz). Le contraire de l’objectif affiché. Faute d’avoir anticipé et d'avoir suivi des inepties qui peuvent coûter cher à toute la société.

Alors que faire face à ces enjeux considérables ?

1. D'abord résister à cette ineptie et démontrer chiffres à l'appui, la nocivité des arguties portés par quelques-uns obnubilés et aveuglés par leur propre croyance;

2.  Faire barrage par la lutte des salariés et des populations aux décisions qui remettent en cause les productions décarbonées d'électricité en France aujourd'hui, cassent le service public, le privatisent, le démantèlent !

3.  Partager les enjeux par le débat démocratique et en faisant intervenir tous les acteurs et professionnels compétents qui savent de quoi ils parlent.

4. Faire de la pédagogie auprès du grand public et dans les écoles pour expliquer l'ensemble des productions électriques, leurs transformations, leurs distributions, leur gestion, le rôle du service public pour assurer la régularité, l'égalité, fournir toute la société, y compris à celles et ceux qui en sont aujourd'hui privés faute de moyens, et sécuriser

5. Responsabiliser les élus et les leaders d’opinion afin que les choix politiques, économiques et sociaux soient conformes aux intérêts de la société. Sans se laisser impressionner ni par l’État actionnaire, ni par les lobbyistes, ni par les pseudos écologistes qui marchent sur la tête et ni par les opportunistes qui croient qu'en période électorale il suffirait de parler d'écologie pour reconquérir des voix .

Au fond ce sont toutes ces questions que portent les salariés en lutte contre le projet Hercule. Soutenons les, agissons, manifestons pour qu'ils gagnent !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Merci de ce bon article mais pendant que vous vous efforcez d'informer sur cette ineptie, le journal l'Humanité qui n'est plus l'organe officiel du parti communiste, a publié avant-hier, jeudi 28 janvier 2021, une pleine page 15 "l'Hypothèse d'une France sans nucléaire " dans lequel le journaliste va chercher chez Greenpeace son information, ccmme d'habitude hélas.
Désespérant !
Répondre
F
Le propre du journaliste c'est d'aller chercher des infos qui lui sont utiles pour ses écrits, c'est ce que l'on appelle les sources. C'est sa liberté de journaliste. Ensuite que vous ne partagiez pas le contenu de l'article et le sens qu'il donne, c'est votre droit le plus strict. Heureusement, car nous risquerions de devenir des moutons avec une gueule pour bêeler mais sans cervelle. Moi même j'ai souvent des désaccords avec des articles de l'Huma. Mais je considère que cela fait partie du débat démocratique, et qu'il y a encore à faire pour convaincre, c'est la bataille des idées.